Famille

Grand Nain, 11 ans et pas toutes ses dents, pré-nado

3 juin 2017
Théo sur le chemin de l'école

Quand Grand Nain est né, il y a presque 11 ans et demi (c’est plus si important le demi maintenant), ma vie a changé. Ben oui je devenais maman pour la première fois. Joie intense, bonheur parfait, amour toujours… 3 jours plus tard à la maison, j’ai ajouté « mais comment ça marche un enfant ? ».

Parce que faire beaucoup – beaucoup – de baby-sitting, ça apprend pas le métier de maman. Et ça personne ne me l’avait dit. Alors quand à 6 jours, Belle-Maman m’a dit « C’est quoi ce truc qu’il a derrière l’oreille, c’est bizarre… » de façon tout à fait détachée… on a foncé aux urgences… en mode panique… Avec un enfant de moins d’une semaine on est prioritaire hein…

Après 2 heures d’attente, le médecin a dit que ce n’était rien.

Une semaine plus tard, on a appelé le 15, parce qu’il… pleurait (HA HA HA, mdr, ptdr… je sais). La dame au bout du 15 a demandé à Népoux si c’était le 1er. Il a dit oui.

Quand le médecin est arrivé, il dormait après avoir été bercé par « Tata », la voisine, maman de 4 enfants.

 

Ca me fait bien rire aujourd’hui mais à l’époque pas trop !

Là je vous vois vous dire « Euh elle ne va pas nous raconter toutes les semaines jusqu’à ses 11 ans et demie ??? »

Pfff… bon j’accélère 🙂

J’étais stressée avec un enfant plutôt cool en fait : il a fait ses nuits à 2 mois, a marché à 16 mois (pas pressé certes mais l’impulsion est venue en voulant suivre des filles, drôle), a réglé ses problèmes ORL grâce aux yoyos de Super Docteur Bonbon (notre ORL qui soignait aussi le stress de la maman, parfait), aimait bien la halte-garderie puis la maternelle, puis l’école.

Et 4 ans et 2 jours après la naissance du Grand, Petit Nain est arrivé (je vous ferai sa bio plus tard).

Et l’harmonie totale a été un peu chamboulée.

 

Là on vous dit qu’il faut faire attention de ne pas donner toute son attention au bébé, qu’il faut préserver le grand… Qu’il faut ceci, qu’il faut cela. Ben il faut surtout faire comme on peut. Et avec 2 Nains, ça change tout. Surtout quand le Petit Nain ne fait rien comme le Grand. Les quelques certitudes qu’on pouvait avoir s’effondrent en un rien de temps.

Pour le Grand Nain, ça n’a pas été facile tous les jours.

Maman a changé, elle s’énerve, elle ne peut pas jouer tout le temps, elle est fatiguée à cause du Relou Petit Nain qui ne fait TOUJOURS pas ses nuits à 6 mois (en fait il est intolérant au lait de vache).

Le Grand Nain va devoir accepter ce Petit Nain un peu encombrant et à qui on passe tout… La place de grand frère quoi.

A l’école, aucun problème, rien ne semble vraiment compliqué, il trouve son meilleur copain en petite section, très – trop – vite, et ils ne se quittent pas. Très intelligent, le copain a aussi un caractère bien trempé et a tendance a être autoritaire avec lui. Mais ça fonctionne. Et il y a les autres copains qui l’invitent à leurs anniversaires et qu’il invite aussi. Quand le copain saute une classe au dernier trimestre de grande section, je me dis que ça va être dur pour mon Grand Nain. Mais non, il le vit bien. Et ils se voient chez l’un ou l’autre.

La personnalité de Grand Nain se dessine au fil des années. Grand Nain est plutôt réservé, ne manifeste pas un enthousiasme débordant mais c’est un touche-à-tout en sport (il a 3 activités extra-scolaires dès la grande section), nous courons les ateliers pour s’ouvrir l’esprit. Je ne m’inquiète pas vraiment de ne voir que son meilleur copain à la maison. On entend les noms d’autres copains, mais il ne les voit qu’à l’école et ça a l’air de lui convenir donc pas de quoi s’inquiéter.

Et puis les deux se retrouvent l’année dernière, dans un CM1-CM2. Tout le monde se dit « Trop bien ». Et puis en fait non, ce n’est pas si bien. Il y a eu des signes avants-coureurs pendant la colo en juillet. La relation a évolué dans un rapport domainant-dominé pas très sain. Il y a une rupture, inéluctable, quand Grand Nain nous parle de coups de pied, qui visiblement ne sont pas si récents. Alors on s’est dit que c’était bien que le copain parte au collège. Qu’il y en avait quand même d’autres, des copains. Qu’on les verrait sans doute plus à la maison en CM2. C’est vrai, on en a vu d’autres, mais ce n’est pas pareil. Et puis les autres ont aussi leurs copains depuis la petite section pour la plupart. Et quand on n’est pas d’un naturel hyper expressif…

En classe, Grand Nain passe les années sans difficulté. Les maîtresses l’apprécient.

Il pourrait participer un peu plus, mais s’ils étaient tous comme lui, ce serait tellement bien…

Donc tout va bien ?

Ben non.

Depuis plusieurs mois, Grand Nain est devenu adepte du mensonge. Pour tout et rien. Souvent, trop souvent.

Tous les enfants mentent me direz-vous.

Oui je sais, je l’ai fait aussi.

Mais pas à ce point, sans raison, même quand on a dit oui pour quelque chose, il va trouver un moyen de mentir pour faire à sa façon… C’est devenu une habitude. Mauvaise, l’habitude.

Après avoir essayé l’écoute, la punition, les cris (oui je crie), on a décidé d’aller voir une psy. Parce que je n’en peux plus de ne pas comprendre pourquoi il ne peut pas s’en empêcher.

Nous prenons rendez-vous. Premier entretien à 3 pour expliquer pourquoi nous sommes là. Grand Nain ne dit pas grand chose. La psy écoute, pose des questions. Pas de réponse miracle, de mode d’emploi de notre pré-nado pour le moment. Nous programmons leurs séances en tête-à-tête tous les vendredis après l’école. Les séances durent 30 minutes, il ne raconte pas grand chose au début.

Et puis après une séance, il rentre, pas très bien. Il dit à Oma, ma mère, qui les garde les mercredis et vendredis après-midis, qu’il ne me voit pas assez, que je rentre trop tard, qu’on ne fait pas assez de choses ensemble.

Petite claque pour moi.

Il n’a pas tord sur le fait que je rentre tard, que je pars souvent en déplacement. Mais je l’emmène encore faire des ateliers (certes moins), j’organise beaucoup d’activités pendant les vacances.

Depuis quelques temps, Népoux et moi avons remarqué qu’il répond plus, râle plus, revendique plus.

Et il continue de mentir. Le dernier en date est pas mal.

Tous les jeudis, c’est judo, fin du cours 18h. À 18h10, il est à la maison.

Il y a 2 semaines, il est rentré à 18h30.

Népoux ne relève pas quand il lui dit que le cours a duré plus longtemps.

Personne ne m’en parle. Si Népoux me l’avait dit, j’aurais compris tout de suite qu’il y avait un truc louche, le judo ne finit JAMAIS plus tard, il y a un autre cours derrière.

Sauf qu’en fait, il est allé acheter un handspinner (folie du moment) à la boutique pas très loin. Sans le dire. Ni avant ni après. Alors que j’avais donné l’autorisation pour l’achat avec son argent de poche, mais sans préciser de date.

Il s’est emmêlé les pédales le samedi soir quand il nous a montré ses 4 handspinners.

Comment ça 4 ? Il vient d’où le 4e ?

Ben, euh (recherche du mensonge tous azimut dans sa tête)… on me l’a donné.

Qui ?

Je ne m’en souviens pas.

Donc là vous savez qu’il ment, qu’il va falloir lui faire cracher le truc, que vous êtes loin de soupçonner (rappelez-vous, je ne sais pas pour le retard après le judo).

Il me faudra encore quelques minutes pour qu’il avoue l’achat après le judo et donc le mensonge (avec préméditation puisqu’il a pris des sous dans sa tirelire pour le faire).

Impossible de rester calme car en plus il voit la psy depuis plusieurs semaines.

Nous prévoyons d’en parler avec elle puisque nous avons une séance à nouveau à 3. Tout cela me trotte beaucoup dans la tête, j’essaie de rentrer plus tôt mais ce n’est pas toujours évident. Et quand je le fais, c’est un non événement. Tout juste bon à faire à manger.

Au cours de la séance, je savais où elle voulait en venir et cela n’a pas loupé… Je suis trop dure, trop exigeante. En gros la première raison de notre problème, c’est moi. Et ben je ne l’ai pas très bien pris. Je pense qu’il y a effectivement des choses à changer et de mon côté aussi mais je n’accepte pas d’être LE problème. Je pense que l’école et les copains sont une partie non négligeable du problème. Alors ça m’a agacé.

Pour elle Grand Nain ment pour attirer l’attention. Il sait parfaitement qu’il sera puni. Certains enfants mentent quand même parce que l’envie est vraiment trop forte. Pour Grand Nain, même s’il y a une notion d’envie, ce ne serait pas la raison première, il chercherait à nous faire réagir. J’ai du mal à comprendre mais je peux comprendre que mon ressenti et celui de mon Grand Nain ne sont pas les mêmes, que je dois être à l’écoute.

Alors j’écoute, je parle, j’explique pour essayer de comprendre et de lui faire comprendre les choses. Il va falloir du temps et de la patience car quand on lui demande ce qu’il aimerait changer, il répond qu’il veut pouvoir plus jouer aux jeux vidéo…

Mais, euh, non…

2 séances par semaine, c’est suffisant et surtout on voit bien que si on le laisse faire, il va en abuser et s’enfermer là-dedans. Le risque d’avoir un Nado complètement obsédé par les mondes virtuels, hors de question. Point final. Et le fait d’avoir donné cette réponse me conforte dans l’idée que le risque est réel.

Alors la psy dit qu’il est en train de grandir, qu’il cherche à s’affirmer… Alors oui mais pas comme ça. Je ne suis pas passée par cette phase-là, sans doute parce que ça s’est fait différemment. Népoux n’a pas ce souvenir non plus. Mais ses parents n’étaient pas très présents.

Et quand Grand Nain me demande, après 15 minutes de conversation sur la confiance qui n’est pas possible quand on ment tout le temps, qu’il me dit qu’il comprend, il me demande ce qu’il gagnerait s’il arrêtait de mentir…

Je pense que nous avons encore de longues conversations qui nous attendent.

Et que je vais changer de psy.

Grand Nain, 11 ans et pas toutes ses dents, pré-nado
Notez cet article

Vous aimerez peut-être

2 commentaires

  • Répondre Isabelle+monblogdemaman 4 juin 2017 at 8 h 18 min

    Ah mais si tu m’avais demandé, moi aussi je t’aurais dis que c’est la faute de la mère. Ça fait 50€, merci ! Je suis hyper pour le psy, qui arrache les racines des futurs grands maux avant qu’ils ne prennent trop de place. Et surtout, hyper pour changer de psy quand on ne se sent pas en confiace ou pire JUGÈ. Courage à vous, il y des noeuds à démêler.

    • Répondre Stéphanie 4 juin 2017 at 14 h 07 min

      Ah ben si j’avais su je t’aurais consultée, j’aurais gagné du temps et de l’argent (60 !!!). Je vais en chercher une autre.

    Laisser un commentaire