Famille

Jardins, Jardin aux Tuileries, pour tous ceux qui aiment les jardins

2 juin 2017
La belle expo Jardins Jardin

Depuis que je suis allée visiter Keukenhof, le plus beau jardin du monde (à Amsterdam, souvenez-vous), je me sens une âme de jardinière.

Nous faisons pousser des fraises (2 par 2), des tomates cerises (enfin pour l’instant des fleurs jaunes), du basilic (qui ne repousse pas), de la menthe (ça ça pousse :)) et des bulbes de narcisse (oui enfin des tiges pour l’instant).

Je vous parlais de nos premiers pas avec les Nains ici et de nos maigres résultats, avec quelques conseils de jardinière confirmée (en 2 semaines oui oui), .

Noé arrose

 

Et comme un fait exprès, le Grand Nain a une évaluation sur les graines et la germination la semaine prochaine. Je suis maintenant parfaitement incollable sur le gemmule (avec 2 m – la future feuille), la radicule (future tige), la tigelle (vous allez deviner tout seul hein), les cotylédons (à ne pas confondre avec les comédons (beaucoup moins glam – là on parle des réserves de la graine) et le tégument (l’enveloppe protectrice).

En fait je n’avais jamais entendu parler de tous ces mots (#LaHonte pour la jardinière expérimentée que je suis).

Genre les cotylédons (toujours pas comédons…) : il y a écrit réserves sur le schéma mais ça ne me parle pas trop donc je regarde sur internet :

Chez les plantes dicotylédone on donne le nom de cotylédons ou de feuilles cotylédonaires aux deux premières feuilles qui apparaissent au moment de la génération. Épais et charnus, ils constituent la masse principale de l’embryon et renferment la provision de fécule qui doit servir à l’alimentation de la jeune plante lorsque le périsperme manque (ex. : le Haricot, la Noix); lorsqu’il y a un périsperme, les cotylédons peuvent se réduire à une feuille mince, membraneuse.

Voilà, voilà… Finalement les réserves c’est pas mal comme définition.

Tout ça pour vous dire que le jardin ça me botte bien.

Je suis donc allée voir l’expo Jardins, jardin au Jardin des Tuileries à Paris.

C’était vachement bien.

Allez je vous raconte

 

Jardins, jardin, c’est nouveau ?

Ben en fait non, c’est la 14e édition (quand je vous disais que je débutais dans le jardin…).

Ce sont des jardins éphémères imaginées par des paysagistes mais pas que, il y a aussi les enseignes comme Truffaut (mon fournisseur officiel), Jardiland, des jeunes créateurs (de jardins évidemment)…

Et c’est vraiment éphémère puisque ça dure 4 jours seulement.

Donc si mon résumé vous plait, il faut y aller ce week-end, après ce sera trop tard.

 

Visite guidée

Les jardins sont très différents les uns des autres, on passe de l’un à l’autre sans forcément avoir d’explications sur tous. C’est ce qui est bien. On flâne, on pose des questions sur celui qui nous plait et hop on passe au suivant.

Et ça donne des idées.

Plus pour les jardins que pour mes jardinières…

En même temps, un salon sur des jardinières, c’est pas forcément super porteur.

 

Moments choisis

On commence par Jardiland avec un laboratoire végétal.

Le jardin éphémère de Jardiland est très réussi

Des terrariums.

C’est apparemment une nouvelle tendance qui marche très fort. C’est hyper joli, très pratique car il n’y a rien à faire à part les acheter et les poser ou les suspendre.

En gros c’est un truc de fainéants ou pour les mains pas vertes  🙂

Il y a aussi des jolies fleurs et des tomates cerises (ah ben celles là elles poussent mieux que les miennes… ).

 

Il y avait ensuite le jardin en « hauteur » comme en lévitation, avec un assemblage de plantes venues d’ailleurs, pour un rendu tropical.

Low Impact

 

Puis un joli jardin public.

 

Un jardin vertical, très réussi, avec des échafaudages, des miroirs pour refléter la lumière, une belle brouette et une terrasse à l’étage.

La vue est plutôt sympa de là-haut.

Un jardin vertical

Ah ben là aussi elles poussent les tomates…

Un jardin vertical

 

Un joli concept, la Fabrique.

Un espace de travail extérieur, avec des plantes aquatiques suspendues, des pots en terre cuite patinée et du bois brut, des références multiples à l’agriculture.

Le bureau en bois a été fait à partir de bureaux usagés. Le bois a été poli avec des matériaux naturels.

Pour vivre des expériences biophiliques (tiens encore un mot barbare qui irait bien dans la leçon du Grand Nain).

Explication

L’impact de l’environnement de travail sur les employés est un sujet de plus en plus présent dans les débats, et il a été prouvé que l’intégration d’éléments naturels, ou design biophilique, a un effet positif sur le bien-être et la productivité. En effet, le concept de « design biophilique » se fonde sur l’idée que l’Homme a un besoin inné d’être constamment connecté à la nature. Le corpus qui soutient ce concept et ses bénéfices dans l’environnement professionnel connaît une croissance rapide. Dans l’une des recherches les plus récentes, le rapport mondial : Human Spaces[i], il ressort clairement que les espaces de bureau intégrant des éléments de design naturel permettent d’accroître le bien-être des employés de 15 %, leur productivité de 6 % et leur créativité de 15 %*.

Ah ben c’est pas mal ça en fait 🙂

Et il y a même du street art à l’extérieur.

Mais on est déjà à l’extérieur.

Bon ben à l’extérieur de l’extérieur alors.

La Fabrique ou le design biophilique

 

Le Pack, un autre style de bureau, pas mal non plus.

La pack, bureau végétal

Les cloisons sont faites de jardinières.

Je vous vois venir, ça doit être très chiant à arroser.

Ben non, le truc malin c’est que le système d’arrosage est intégré au-dessus, donc aucun risque d’en mettre partout.

 

Autre jardin/concept/style : l’intégration de la rouille dans la nature, ou l’inverse.

Là pas question de planter mais de tailler pour que le tout soit cohérent.

Le jardin rouillé

A l’intérieur, tout le confort, rouillé 🙂

Et la terrasse.

Le jardin rouillé

 

Truffaut

Mon fournisseur officiel, propose un joli jardin, bien décor, avec beaucoup de couleurs et un flamant rose.

Truffaut

Il y a une promo ce week-end dans les magasins Truffaut, c’est le moment de craquer.

 

Rustica et ses légumes.

Oui je sais, encore des tomates cerises qui poussent bien… Et des mini-aubergines, et des fraises…

 

Le rouge s’affole.

Les fermes de Gally

Le premier qui me parle de leurs NOMBREUSES tomates peut sortir tout de suite !

 

Et sinon, vous avez des pots ?

Des gros hein.

Ben vous pouvez en faire un jardin.

des pots

 

Et un jardin dans la nuit, ça donne quoi ?

Bon les photos ne rendaient pas super bien, mais c’est très réussi.

 

Pour la sieste, vous préférez le banc tuyau d’arrosage ou la tente ?

 

Ça donne envie tous ces jardins non ?

Si comme moi, votre jardin se résume à 5 jardinières et 2 pots, vous pouvez en louer un sur jardins-prives.com, un site qui propose des jardins de particuliers à d’autres particuliers.

Pas pour faire pousser vos tomates (enfin essayer, oui je fais une fixette), mais pour une occasion particulière.

 

 

Et pour finir, un truc qui ne sert à rien mais les couleurs sont jolies.

Le Kiosque

 

Et ça coute combien ?

  • Plein tarif : 14 €
  • Gratuit (sur présentation d’un justificatif) pour les moins de 18 ans

Accès

  • En métro ou RER : Concorde (lignes 1, 8, 12) / Tuileries (ligne 1) / Musée d’Orsay, ligne C
  • En bus : lignes n° 24, 42, 52, 72, 84, 94 (Arrêt Concorde)
  • Parkings

 

Si vous êtes à Paris ce week-end,

Passez y faire un tour, c’est un chouette moment que les enfants apprécieront sans doute autant que vous.

Et vous pourrez ensuite leur proposer d’aller à l’aire de jeux et de faire le tour du parc.

Jardins, Jardin aux Tuileries, pour tous ceux qui aiment les jardins
5 (100%) 1 vote

Vous aimerez peut-être

Aucun commentaire

Laisser un commentaire