Famille Voyages

Une semaine au ski au Village Club Med Serre-Chevalier

8 mars 2018

Maintenant que Grand Nain est au collège, nous ne pouvons plus partir à la montagne hors vacances scolaires. C’est nul ! Car partir au ski pendant les vacances scolaires impliquent de payer plus cher (le principal inconvénient) et d’avoir plus de monde dans les clubs ou hôtels et sur les pistes.

Pendant plusieurs années, nous sommes allés à Peisey-Vallandry en mars et c’était top. Mais trop cher en février. Comme j’aime vraiment la formule Club Med, nous avons choisi un Village plus accessible, Serre-Chevalier.

 

Toutes les bonnes raisons d’aller au Club Med sont toujours les mêmes : formule tout inclus, Mini Club Med, cours de ski ESF pour toute la famille, départ skis aux pieds… mais c’est un Village moins haut de gamme forcément. Les chambres sont moins confortables, la gastronomie est plus basique (surtout pour la végétarienne que je suis), le ski-room plus ancien.

Allez je vous raconte.

 

1- Avant le départ

Pour réduire la facture, j’ai 3 trucs :

  • Réserver quasiment un an à l’avance pour avoir les meilleurs prix.

Je suis dans les starting-blocs pour 2019 !

  • Acheter les billets de train à part.

Quand nous partions hors vacances scolaires, la règle des 3 mois avant départ s’appliquait et j’arrivais à avoir des prix très intéressants. Cette année, j’ai JUSTE oublié que pour les vacances scolaires c’est bien plus tôt. Résultat quand j’ai commencé à chercher, en décembre, les ventes étaient ouvertes depuis plus d’un mois.

Et là c’est le drame  😯

Les 3 trains quotidiens pour Oulx (pour Serre-Chevalier, le plus court, c’est d’aller à Oulx en Italie !!) étaient tous complets. Heureusement des options tombent tous les jours et des places se sont libérées.

Là tu ne fais pas la fine bouche, tu prends ce qu’il y a, au prix proposé.
Sinon tu y vas à pied. Ou en voiture (ben non en fait).

Ce sera donc 6h30 à l’aller, 17h au retour. Bon ben nous aurons plus de temps sur place. #JeRestePositive

 

  • Avoir ses chaussures de ski/surf et casques (pour les parents) et louer le reste du matériel hors Club Med.

Pour le matériel, Népoux a fait un benchmark des magasins à proximité du Village. Il a choisi Skimium (où nous avions déjà loué notre matériel quand nous avons passé une semaine chez Pierre & Vacances à Arcs 1950). Ils font des forfaits quand on loue plusieurs packs, proposent 5% de réduction aux porteurs de la carte Décathlon et nous avons en plus trouvé un code réduction.

Résultat, nous avons économisé presque 200 €.
Ça ne se discute pas.

 

2- L’arrivée

Nous voilà donc dans le train à 6h30… frais comme des gardons.

Un des copains de Grand Nain était dans le wagon juste à côté et du coup il a passé tout le trajet avec nous (Népoux a d’ailleurs du céder sa place au début pour qu’on puisse jouer :). Arrivés à Oulx à 11h30, nous avons pris le bus du Club Med pour le transfert. Ce qui a pris moins d’une heure.

Nous sommes donc arrivés un peu avant 13h au Village.

L'entrée du Village Club Med Serre-Chevalier

 

Notre chambre étant prête, nous avons pu nous y installer.

La décoration est un peu passée, ça manque de rangement et de patères pour les affaires de ski, la literie n’est pas top mais c’est fonctionnel. La seule chose qui n’est pas pratique, c’est que la chambre des parents est au bout, donc une fois que les enfants dorment, tu ne vas plus dans la salle de bain (ou alors sur la pointe des pieds).

 

Puis nous sommes allés chercher nos skis.

Alors là, très honnêtement, j’aurais préféré les louer au Club car le magasin n’était pas si proche que ça. Cela a été une réelle expédition au retour car évidemment nous n’avions pas prévu de sac pour transporter 3 paires de ski, 1 surf, 4 paires de chaussures (Népoux avait oublié les siennes !), 3 paires de bâtons et 2 casques.

A l’aller ça descend et nous n’avions rien à porter.
Donc au retour… c’est bien chiant.

Mais 200 € d’économie. OK on souffre en silence.

 

Nous sommes allés au ski room pour déposer notre matériel.

Je m’attendais à chercher mon casier, comme d’habitude. Il n’y avait pas de casiers.

Donc les skis d’un côté, les chaussures de l’autre… Je sens que ça va être un peu compliqué le matin.

Bon ça c’est fait.

 

Reste à inscrire les Nains aux cours de ski et au Mini Club.

Ce qui n’est qu’une formalité à Peisey-Vallandry est une joyeuse pagaille à Serre-Chevalier.

Il y a d’abord la queue, entre 2 rangées de ski, pour inscrire les Nains au ski, au fond du ski-room. Temps d’attente 20 minutes (parce que j’ai un peu anticipé, c’était beaucoup plus long ensuite).

Retour en arrière, entre les gens et les skis, pour donner le matériel au G.O Mini Club qui vont s’occuper des enfants tous les jours. Temps d’attente dans une pseudo-file où les parents se marchent presque dessus pour essayer d’aller plus vite : 10-15 minutes.

Là tu apprends que pour Grand Nain, il faut aller au 8e car son groupe de ski part de cet endroit. Temps d’attente : 15 minutes.

J’en ai quand même profité pour inscrire Petit Nain au Mini Club au même étage (optimisation du temps !!!). Grande nouveauté, maintenant qu’il a 8 ans, il peut être autonome. Cela signifie que je n’ai plus besoin de signer un cahier quand je l’emmène et qu’il peut aller et venir comme il le souhaite. S’il y a bien un endroit où je n’ai pas peur de lui laisser plus de libertés c’est au Club Med. Donc allons-y pour le bracelet d’autonomie.

 

Et ce n’est pas fini.

Nous aussi nous devons nous inscrire pour les cours de ski. Cette fois, c’est au théâtre, au  5e, que cela se passe. La queue est déjà bien longue à notre arrivée mais c’était pour ceux qui se sont déjà inscrits en ligne. Pour nous qui ne l’avions pas fait, c’était en fait… plus rapide (cherchez l’erreur).

Népoux s’est inscrit en surf 3 (le 4 étant que du hors-piste, non merci) et moi en 3D. Kesako le 3D ?? Parce que moi je suis en 3B habituellement (je vais partout, également en hors piste mais pas que). C’est le niveau avant le tout hors-piste (toujours pas donc), sans rappel technique. C’est plus de la balade, dixit le moniteur en face de moi.

Les pistes du Parc National des Ecrins près du Village Club Med Serre-Chevalier

Et là, c’est bon, on a tout.

Il est 18h, on est rincés.

 

3- La semaine des Nains

Tout tourne évidemment autour du ski. Les rendez-vous étaient entre 8h30 et 8h45 donc réveil à 7h30 tous les matins et dodo entre 21h et 21h30. Cela peut paraître tôt en vacances et au Club Med mais si on veut profiter du ski correctement, impossible de veiller le soir. De toute façon tout le monde était bien fatigué et il n’y a pas eu beaucoup de protestations.

Comme d’habitude, Grand Nain est allé à chaque cours avec entrain, matin ET après-midi. Objectif cette année : obtenir l’Etoile d’Or (pour passer au surf l’année prochaine). Ils étaient au moins 50 à passer les épreuves, ils ont été moins de la moitié, dont Grand Nain (#MamanHyperFière) à réussir le chrono de la descente.

 

Comme d’habitude aussi, Petit Nain a essayé de zapper quelques cours l’après-midi… J’ai accepté une fois parce qu’il a enchaîné son cours du matin puis un cours particulier de 1h30. Nous sommes donc allés faire de la luge tous les 2 sur une piste sécurisée. Nous avons bien ri. Vendredi après le cours du matin, le moniteur n’était pas sûr de lui donner sa 2e étoile… mais finalement il l’a eue (#MamanHyperFière… mais pas tout à fait convaincue, j’y reviendrai).

 

Petit Nain se prépare pour le ski devant le village Club Med Serre Chevalier

Grâce à son autonomie, Petit Nain a passé beaucoup de temps… avec son frère… et son téléphone. Une fois son cours terminé, le Petit attendait le Grand, qui le rejoignait après son cours (et le passage dans la chambre pour récupérer le téléphone et les lunettes de son frère) au salon.

Nous les retrouvions généralement collés l’un à l’autre à regarder/jouer sur le téléphone (#enfer) avant d’aller déjeuner tous les 4, souvent en terrasse, au soleil.

Pour les repas, les Nains ont fait dans la haute gastronomie entre les burgers, les frites, les pâtes, les glaces… la fête du slip quoi.

 

L’après-midi, même combat, ils se rejoignaient au salon près du billard, souvent avec les mêmes enfants, qu’on pourrait donc qualifier de copains. Après le goûter, c’était piscine ou re-billard et un peu de jeux vidéo dans la chambre. Après la douche, ils retournaient au salon, le temps que nous puissions avoir la paix nous doucher également.

Apéro, dîner et hop dans la chambre pour suivre le résumé des JO avant d’aller se coucher.

J’aurais aimé qu’ils se fassent plus de copains, c’est aussi ça l’intérêt de partir pendant les vacances scolaires. Mais bon je ne peux pas les forcer.

Quant au Mini Club je n’ai aucune idée de ce que Petit Nain aurait pu y faire puisque je n’y ai pas mis les pieds. Côté Juniors, Grand Nain est allé une fois à un rendez-vous et cela ne lui a pas plu. Il n’y est jamais retourné. Dommage car visiblement ils ont fait des trucs sympa comme aller à la patinoire un soir. Pas de spectacle Mini Club non plus. Bouhhhhh.

 

4- La semaine des parents

Une fois le dimanche marathon passé, nous avons vite pris nos marques et nos journées se sont enchainées.

  • Petit déjeuner face à la montagne

Petit déjeuner au Village Club Med Serre-Chevalier

 

  • Préparation pour le ski une fois les Nains partis (il nous restait bien 10 minutes ;))
  • Récupération des chaussures de ski puis des skis et du surf

Cela m’est apparu comme compliqué de les avoir à 2 endroits différents le premier jour mais comme tout, on s’y fait vite et ce n’est finalement pas plus long qu’avec un casier. Le seul truc c’est que tu ne peux pas laissé ton blouson, ton casque, tes lunettes (tout ce dont tu n’as pas besoin pour aller déjeuner quoi…) dans ton casier. C’est un peu encombrant jusqu’à ce que tu les poses au restaurant.

 

  • Ski/Surf pendant 3h

Comme les Nains, nous avions 2 sessions par jour, en groupe, encadré par un moniteur ESF. Ce qui a plusieurs avantages :

  • Le premier, c’est qu’il sait où nous emmener en fonction du temps, de la qualité de la neige (qui était bien dure et verglacée par endroits) et du niveau du groupe.
  • Le deuxième, c’est qu’on passe dans une file réservée aux cours aux remontées mécaniques (un gain de temps parfois considérable, surtout pendant les vacances scolaires).
  • Le dernier est que normalement il te corrige. Bon là, comme j’avais choisi le cours « balade », il ne s’est pas embarrassé avec ça, ce qui m’a un peu manqué. D’ailleurs nous avons eu un autre moniteur le dernier après-midi et il m’a donné plus de conseils en 2h que je n’en ai eu en 4,5 jours… Bon.

Chacun retrouve son groupe.

Nous avons fait de nombreuses pistes dont celle de Luc Alphand. Une piste noire mythique sur le site de Chantemerle. Elle serpente entre les chalets d’alpages de Champcella et des Souliers et finit par un mur très pentu. Utilisée pour la compétition, elle a été baptisée ainsi en 1998 après les victoires en coupe du monde de Luc Alphand (qui s’est toujours entraîné sur cette piste).

  • Altitude : 2 000 m à 1 350 m
  • Longueur : 1 990 m
  • Dénivelé : 650 m
  • Pourcentage maximal de la pente : 50 % pour le mur de Chantemerle et 48 % pour le mur de la Broue
  • Pourcentage moyen de la pente : 28 %

Avec 776 km de pistes, le domaine skiable du Parc National des Ecrins offre presque le double de glisse de Paradiski (Les Arcs – Peisey Vallandry – La Plagne). Autant dire qu’il y a de quoi descendre entre le plus haut sommet à 3500 m (La Meije) et le Village à 1400 m.

Les paysages sont majestueux, surtout quand le ciel est bleu.

Le Parc National des Ecrins

Skier en groupe, c’est aussi partager 5h par jour avec des personnes que tu ne connais pas. C’est d’autant plus important quand tu ne skies pas avec ton mari (ou une copine…). Ce n’était pas gagné au niveau de l’ambiance avant l’arrivée le premier après-midi de Johnny et Yanis, 2 hommes du Sud bien sympa ! Finalement c’était cool, surtout l’après-midi quand nous étions moins nombreux. Le dernier jour nous n’avons pas fait un déjeuner sur les pistes – comme c’est souvent le cas – mais une petite pause dans un restaurant de Serre-Ratier, le White. J’y ai fait de curieuses rencontres 🙂

 

  • Déjeuner au Village

Le restaurant est l’endroit où tu comprends que tu n’es pas tout seul vu le nombre de tables et les files d’attente à certains plats.

Nous avons souvent mangé dehors ou quand le temps ne le permettait pas, près des grandes baies vitrées.

La restauration n’est pas le point fort de ce Village. Entre les pâtes, les pizzas, les viandes et poissons… la végétarienne que je suis a eu du mal parfois à varier ses menus. Il y avait 3 à 4 sortes de légumes cuits qui oscillaient entre gratin de chou-fleur, haricots verts, carottes, jardinière de légumes… Rien de foufou. J’ai donc fait une cure de fromage dont 2 raclettes (obtenue après 15 minutes de queue minimum).

 

  • Départ des Nains pour leur cours.
  • Petite détente sur un transat au soleil (les 2 premiers jours) , voire sieste pour Népoux avant de repartir (les 2 derniers).
  • Cours de ski/surf pendant 2h

C’était bien sauf mardi après-midi quand Mahé, notre moniteur (pharmacien le reste du temps), nous a entrainés sur Tabuc, une piste noire. Le fait qu’elle soit fermée était forcément un indice sur la praticabilité de ladite piste.

J’ai tendance à faire confiance à mon moniteur donc nous voilà partis. Pas de problème jusqu’au mur… de verglas. Alors là, comment dire, tu as le choix entre descendre ou descendre. Personne n’aime le verglas, moi encore moins puisque cela me rappelle mon accident de ski, à 17 ans. Cela a beau faire 25 ans (#AchevezMoi) c’est encore bien présent. Donc me voilà à lutter contre le verglas en faisant le contraire de ce qu’il faut.

Et donc je suis tombée.

Et donc j’ai crié.

Je me voyais déjà dévaler la pente en me fracassant quelque part. J’ai gardé mon sang froid et j’ai réussi à m’arrêter. J’ai essayé de rester zen mais j’avais envie de pleurer ou de me téléporter (HA HA HA). Le moniteur n’en menait pas large car il ne pensait pas qu’il y avait autant de verglas. Il est venu me chercher et j’ai suivi ses traces pour descendre le reste de la piste.

Il m’a fallu double thé et quadruple crêpes pour m’en remettre.

Le lendemain j’ai zappé l’après-midi, pour me reposer. J’ai profité de la piscine avec vue… seule.

La piscine du Village Club Med Serre-Chevalier

 

  • Goûter

Habituellement j’adore ce moment. Après une belle journée de ski, parents et enfants se retrouvent autour d’un thé (pour moi) et d’une pâtisserie ou d’une crêpe (ou 4). Les pâtisseries n’étaient pas dingues, les crêpes étaient faites à l’avance (ce qui peut se comprendre quand il y a 1000 personnes)

 

  • Piscine ou détente dans la chambre en fonction des jours

La piscine c’est bien mais il y avait un souci de température donc la plupart des enfants ont investi la pataugeoire ! Népoux ou moi les avons donc accompagnés mais pas question de nous baigner.

 

  • Spa Payot

Népoux et moi avons fait notre traditionnel massage de milieu de semaine au Spa Payot. A part le fait que la salle de repos était ouverte sur l’accueil, le massage était vraiment chouette et nous a permis de repartir skier en pleine forme le lendemain.

 

  • Apéro / Dîner / Dodo

Tout le monde se retrouve dans le salon pour l’apéro. Un salon XXL avec beaucoup de canapés et de fauteuils pour s’assoir. Même si le Club était complet, nous avons toujours trouvé un coin pour nous poser 🙂

Vous l’aviez remarqué, la déco est… très jaune et vert.

Après le réveil matinal, 5 heures de ski, la piscine… le soir nous n’étions pas au top de notre forme. L’apéro était vite expédié et le dîner aussi. Je n’avais pour ma part qu’une envie, me coucher. De toute façon le spectacle était trop tard pour qu’on envisage de le regarder.

A 21h30, extinction des feux.

 

5- La journée en famille

Le samedi, personne n’a cours donc on passe la journée en famille et en général, on skie.

Cette fois-ci, nous avons dû nous passer de Népoux, en mode gastro toute la nuit et incapable de se lever de la journée.

Je suis donc partie avec mes Nains sur les pistes.

Comme je le disais plus haut, je n’étais pas convaincue du niveau de Petit Nain et j’avoue que le souvenir de la chute de l’année dernière était encore bien présent. Je ne sais pas quel est le niveau d’acquisition du ski parallèle et de l’utilisation des bâtons pour obtenir la 2e étoile mais pour moi, y’a encore du boulot 🙂

Je n’ai jamais eu cette appréhension avec Grand Nain, même quand il n’avait que la 2e étoile.

Du coup, nous ne sommes pas allés trop loin et nous sommes rentrés au bout d’une heure. Petit Nain a rejoint Népoux (la chambre avait été refaite/désinfectée entre temps !) et nous sommes repartis tous les 2 au snowparc.

Le ciel était sombre mais c’était un beau spectacle vue du tire-fesse.

Les pistes du Parc National des Ecrins

 

L’après-midi les Nains et moi, Népoux étant toujours out, avons fait du mushing.

Oui bon, une balade avec des chiens de traineau, juste à côté du Club.

Quand nous sommes arrivés, je me suis demandée si c’était vraiment une bonne idée de payer pour exploiter des chiens. Je n’y avais pas pensé avant d’être là, c’était donc un peu tard pour avoir des scrupules.

Nous avons commencé par caresser les chiens, tous très gentils.

Puis le propriétaire a choisi ceux qui allaient nous accompagner. Là nous avons bien vu qu’ils avaient tous envie de faire partie de l’attelage ! Jusqu’alors très calmes, tous les chiens ont commencé à s’agiter, à aboyer pour attirer l’attention.

Il a pris 10 chiens (il en possède une trentaine).

Le musher, qui conduit l’attelage, nous a expliqué les différentes places dans l’attelage – tous les chiens ont des rôles bien précis -, leurs conditions de vie – s’ils ne veulent pas travailler, ils ne travaillent pas, personne ne peut les obliger -, comment ils résistent au froid – ils n’ont presque pas de glandes sudoripares, la régulation se fait au niveau de la langue…-.

La balade dure à peine 30 minutes. C’est trop court.

Après le goûter nous sommes allés à la piscine (sur le transat pour moi).

Puis Népoux (qui avait un peu de force) et moi avons rapporté le matériel de ski au magasin. Nous avons pris 2 valises vides pour transporter plus facilement les skis, les chaussures et les bâtons. C’était mieux que l’aller mais pas fun non plus. Mais au moins c’était fait.

 

6- Le retour

Le train étant à 17h, nous avons eu encore une bonne matinée pour profiter. Après avoir fini les valises, nous sommes allés faire de la luge, devant le Club.

Pour être tout-à-fait exacte, nous avons regardé les Nains faire de la luge !

Bon allez on rentre !

une belle séance de luge devant le Village Club Med Serre-Chevalier

 

Nous avons pris le bus à 15h pour rejoindre la gare. Il faisait grand beau. Cela s’est dégradé quand nous avons passé la couche de nuages. La neige tombait à gros flocons et il faisait bien gris. Nous avons encore patienté une heure avant de pouvoir prendre notre train. C’était un peu le bazar car la gare était toute petite et les places assises chères. Pour passer le temps nous avons enchainé les Uno 🙂

Nous sommes arrivés à 22h30 à Paris, à 23h à la maison.

 

C’était une belle semaine.

Les réservations pour 2019 s’ouvrent le 15 mars… Je ne sais pas si nous retournerons à Serre-Chevalier l’année prochaine. Peut-être qu’il faut essayer une autre formule que le Club Med.

Et vous, vous avez passé de bonnes vacances de février ? Vous êtes allés au ski ou ailleurs ?

 

 

Une semaine au ski au Village Club Med Serre-Chevalier
Notez cet article

Vous aimerez peut-être

2 commentaires

  • Répondre Bene 8 mars 2018 at 22 h 46 min

    Meribel Mottaret et le domaine des 3 vallées (magnifique) maison a sans formule Club Med. Tres simple quand on connaît 😊 on avait repéré cet été 👌 cela dit la formule club Med à l’air Top ! Merci pour ton récit de vacances 😘

  • Répondre Isa-monblogdemaman 10 mars 2018 at 12 h 16 min

    La montagne m’a manquée cette année ! J’ai bavé devant les photos Instagram. Rien n’est plus beau que le contraste Bleu montagne et Blanche neige. Je n’ai jamais essayé le club Med mais je suis une convaincue des Villages Clubs du soleil. Le tout inclus n’inclue pas les cours (je trouve ça parfait d’en proposer aux adultes aussi, j’en aurais bien besoin pour chasser mon appréhension post blessure), mais pour le reste, c’est le même genre de prestations. D’ailleurs, j’y retourne… mais cet été !

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    error: Contenu protégé