Famille Voyages

Quel programme pour 3 jours en famille à San Francisco ?

15 août 2017
Le cable car de San Francisco

Nous avons débuté notre road trip californien par San Francisco pour descendre ensuite vers le sud et la chaleur. Il faudrait au moins une semaine pour vraiment profiter de la « City by the Bay ». Nous n’en avions que 4 si on compte le jour d’arrivée, et avec le décalage de 9h à intégrer (ce qui n’est pas si compliqué dans ce sens-là).

Pour le programme, j’ai essayé de faire des compromis : des visites, des parcs et des journées pas trop longues (spoiler alert : c’est bien raté pour le 3e objectif). En vrai, des journées bien denses qui l’auraient été un peu moins si notre appartement avait été plus central et si nous avions mieux géré les transports.

Je vous mets tous les endroits que nous avons visités sur la carte ci-dessous.

 

 Petit conseil si vous voulez gagner du temps et de l’argent

Votre hébergement doit être proche du centre de San Francisco (Union Square, Market street…).

Si c’est le cas, ne prenez pas de voiture de location, utilisez Uber et les transports en commun (le réseau de métro n’est pas top mais celui des bus est plutôt bien).

 

Notre arrivée à San Francisco

Les valises sont prêtes (mes petits trucs pour préparer des vacances avec les enfants sont ici), en route pour l’aéroport. Notre vol étant à 16h, pas de stress. 11h de vol plus tard (dont 6h de dodo pour Petit Nain), nous voilà à San Francisco.

Une fois la voiture récupérée, nous roulons vers le quartier de Bernal Heights où se situe notre appartement. Avant de nous installer, nous passons faire des courses (au moins un avantage de la voiture :)) chez Whole Foods Market qui propose des produits bio, locaux et… hors de prix. Tant pis pour cette fois mais il faudra en trouver un autre pour la suite.

À 20h nous sommes dans notre appartement.

Nous ne le savons pas encore mais c’est le début de la poisse.

C’est grand, ça a l’air propre, il y a bien 2 chambres mais

  • pas de rideaux, ni de couette dans la chambre des Nains… Bien bien bien. Népoux a bricolé des rideaux de fortune avec des plaids foncés (merci les pinces à linge que je prends toujours en vacances pour parer à ce genre de problème – enfin normalement c’est juste pour fermer des rideaux, pas pour les fabriquer – oui nous aimons le noir pour dormir). Pour la couette, j’ai empilé tout ce que j’ai trouvé pour qu’ils aient chauds (il fait vraiment froid la nuit et le matin à San Francisco) mais ils étaient gelés quand ils arrivaient – tôt – dans notre lit pour le câlin du matin.
  • dans notre chambre, des rideaux clairs donc c’était comme s’il n’y avait rien mais c’est surtout le bruit des bus qui nous a réveillé tous les matins vers 6h (il y a un arrêt juste devant chez nous).
  • pas de WiFi : la megalose pour préparer le programme de nos journées… C’est de ma faute, je n’ai pas fait attention quand j’ai lu l’annonce. Nous avons donc fait la tournée des Starbucks pour quelques minutes de WiFi par-ci par-là. Et parfois juste devant pour ne pas acheter un café systématiquement, en mode losers pour rester dans le thème !
  • et il fait froid. Dedans comme dehors, surtout le matin et le soir (le soleil met plus ou moins de temps à percer et dès qu’il se couche on perd 10 degrés minimum). C’est classique à San Francisco, mais ça ne doit pas gêner les San-Franciscains car il n’y a pas de radiateur.

Maintenant qu’on est là, il va falloir faire avec.

Allez une bonne douche et au lit !

 

Jour 1 : Muir Woods, Golden Gate Bridge, Street Art et foot

L’avantage avec le décalage horaire (et tout le reste), c’est qu’on est réveillé tôt !

Muir Woods

Notre première découverte est au nord-ouest de San Francisco. Nous prenons donc la route (avec un petit détour car ce matin il y a un marathon qui bloque le Golden Gate Bridge… je vous ai dit qu’on avait un peu la poisse non ?) vers le Monument National Muir Woods pour une balade au milieu des séquoias.

Pas n’importe quels séquoias hein, des séquoias à feuilles d’if, bien plus grands que les séquoias géants (logique n’est-il pas ?!?).

La route qui mène au Parc a une vue bien sympa.

Sur la route de muir woods près de San Francisco

 

Revenons à nos séquoias.

Le séquoia à feuilles d’if pousse entre le sud de l’Oregon et Big Sur, tandis que le séquoia géant, qui est donc plus petit (!) mais plus gros, pousse dans les Parcs Nationaux de Yosemite, Séquoia et Kings Canyon (il n’est donc pas du tout dans le coin).

Le plus haut ici s’élève à 76 m, certains ont plus de 1000 ans…

Ils grandissent mieux à des températures modérées – moi je dirais même froides – dans le « brouillard régulier d’été » (ah ça il est bien régulier le brouillard d’été) et aiment bien le feu, avec modération, qui débarrasse le sol de sa croute (euh là on les croit sur parole).

Plusieurs itinéraires sont possibles : de la simple balade qui prend moins d’une heure à la randonnée de plus de 3 km. Nous avons choisi de faire un peu plus que la simple balade ce qui nous a pris environ 1h30. C’était très zen, il n’y avait pas grand monde. Après avoir un peu râlé, même Petit Nain a bien aimé.

Coûts : 10 $ + taxes par adulte, gratuit pour les moins de 12 ans + un petit magnet séquoia en souvenir : 7 $

 

Hawk Hill, The point de vue sur le Golden Gate Bridge de San Francisco

Le Golden Gate Bridge est une attraction à part entière. Tout le monde espère le voir sans nuages et faire des photos de sa belle silhouette rouge orangée. C’est vraiment l’emblème de la ville.

Comme nous sommes en voiture et que nous devons de toute façon prendre le pont pour rentrer dans SF, nous avons pris la route « Conzelman Road » à Sausalito. Cette route propose plusieurs points de vue sur le pont, avec parkings gratuits, ce qui est assez unique à San Francisco.

Il ne faut pas louper le point culminant, Hawk Hill, sinon vous partez pour un tour gratuit d’une vingtaine de minutes avant de reprendre la route (oui c’est du vécu).

 

Point de vue numéro 1… des nuages…

Point de vue numéro 2… encore des nuages…

Parfois il y avait un rayon de soleil parmi les nuages…

Le Golden Gate Bridge de San Francisco dans le brouillard

Voilà, voilà, tout ça pour ça !

Le plus impressionnant, ce n’était donc pas le pont hein, mais le vent qui soufflait vraiment très fort. Nous avons bravé les éléments pour nous approcher au plus près. Grand Nain n’était pas vraiment rassuré.

Le Golden Gate Bridge de San Francisco dans le brouillard et le vent

Sinon avec le soleil, à gauche du pont, on aperçoit la baie, enfin quand les nuages passent, pas là. Mais on voit bien la force du vent dans nos cheveux !

Le Golden Gate Bridge de San Francisco dans le vent

Tout ce vent et ce détour (je vous ai dit qu’on avait fait la route 2 fois 🙂 ) nous ont ouvert l’appétit.

J’avais repéré le Rigolo Restaurant dans un guide.

Nous avons bien mangé – je ne savais pas encore que ce serait le seul avocado toast de mes vacances – mais c’était un peu cher pour un déjeuner (72 $). Nous chercherons des adresses moins onéreuses pour la suite.

 

L’intérêt de ce restaurant était sa proximité avec le Présidio, le plus grand parc de San Francisco, mais en fait nous n’y sommes pas allés. Nous avons fait une halte Wi-Fi au Starbucks et quelques courses à la place.

 

Street Art à Clarion Alley et Balmy Alley

Après un passage éclair à l’appartement, nous repartons pour aller découvrir le street art de la ville. À San Francisco, il suffit d’aller dans le quartier de Mission pour admirer toutes sortes de fresques murales. Deux rues sont particulièrement colorées et en perpétuel renouvellement :

Clarion Alley

Le street art dans Clarion Alley à San Francisco

Le street art dans Clarion Alley à San Francisco

Le street art dans Clarion Alley à San Francisco

 

Et Balmy Alley

Le street art dans Balmy Alley à San Francisco

 

Juste à côté, les Nains ont repéré un terrain de foot. Compromis oblige, surtout que nous avons squeezé le Présidio, ils ont pu jouer pendant 20 minutes (et moi je me suis gelée, malgré ma doudoune Uniqlo qui ne me quitte plus quelle que soit ma destination).

Oui nous avions un ballon dans le coffre (d’ailleurs nous en avons acheté 2 en 2 semaines, le premier est mort à cause du mazout… on en reparle à Santa Barbara).

Un terrain de foot libre juste à côté de Balmy Alley à San Francisco

Nous sommes rentrés vers 20h. Un plat de pâtes, une moitié de film et hop au lit, une belle journée nous attend demain.

 

 

Jour 2 : Golden Gate Park, musée mécanique, croisière dans la baie, match de base-ball

 

Golden Gate Park – Japanese Tea Garden

San Francisco abrite de nombreux parcs. Depuis que nous sommes allés à Amsterdam à Pâques, j’ai compris que les enfants apprécient d’aller dans un parc pour jouer le 2e jour (je vous en parlais ici), surtout quand la première journée a été dense.

Le Golden Gate Park est grand, très grand, plus grand que Central Park à New York ! Nous aurions pu y passer la journée car dans ses 412 hectares, on peut trouver pas moins de 3 musées et de nombreux sentiers à parcourir.

Nous voulions commencer par visiter le Japanese Tea Garden, le plus vieux jardin japonais des États-Unis, puis aller à l’aire de jeux.

Ce qui n’était pas prévu, c’est la bonne heure que nous avons passée à marcher parce que je me suis trompée d’arrêt de tram. Mais bien trompée, de plusieurs stations.

Nous avons donc beaucoup, beaucoup, marché :

  • du tram au parc – ah ben non ce n’est pas là –
  • du parc au tram – ah ben il faut attendre 12 minutes pour le prochain
  • du tram au parc – à une autre station hein
  • du parc au parc – mais elle est où l’entrée – un truc de fou, on a avancé, reculé, re-avancé….

 

Il a fallu toute la zenitude du Japanese Tea Garden pour me remettre de toute cette marche forcée. C’était beau, les pierres, les plantes, le pont tambour, tout est en harmonie avec la nature.

Le Japanese Tea Garden de San Francisco

Un thé aurait été parfait à la fin de notre visite mais les Nains réclamaient l’aire de jeux. Nous avons quand même passé du temps à la boutique de souvenirs avant de partir !

coût : 9 dollars par adulte et 2 dollars par enfant donc 22 dollars.

 

Golden Gate Park – Aire de jeux

D’après le plan, l’aire de jeux n’était pas loin… mouais… moi j’ai trouvé ça loin. Au moins 15 minutes de marche. Pour vous donner une idée des distances, sur le chemin, on a croisé 2 terrains de base-ball…

2 terrains de base-ball dans le Golden Gate Park à San Francisco

Il a fallu motiver Petit Nain qui, même s’il demandait toutes les 2 minutes « C’est encore loin Grand Schtroumpf eh non Maman » – a fait autant de kilomètres/miles que nous. Si nous n’avions pas autant marché avant… Bref on a faim.

J’avais prévu un déjeuner à l’étape d’après mais le stand de hot dogs à côté de l’aire de jeux, ça semblait une bonne idée (on a 2h de « retard » sur le programme).

En fait non… Noé a tout vomi le soir… sur son frère… c’était drôle c’est moche !

 

Quant à l’aire de jeux… bof… la partie la plus intéressante pour eux était hors service, le reste n’avait rien d’exceptionnel (pas de bol ou la poisse… au choix). Il y avait aussi un carrousel.

L’avantage, pour nous, c’est que nous ne sommes pas restés longtemps.

 

Fisherman’s wharf – le Musée Mécanique

Nous avons repris le Tram jusqu’au quartier de Fisherman’s wharf, le quartier des touristes, et plus exactement au Pier (quai) 45 pour une étape spéciale Nains et Népoux.

Le Musée Mécanique est un musée interactif gratuit qui regroupe des jeux d’arcade, des automates, des poupées… Une collection privée assez dingue, la plus grande du XXème siècle.

Nous avons changé 10 dollars en quarters (pièces de 25 cents, ça pèse son poids) et c’est parti pour une heure de jeux. Oubliés les Nintendo DS, Playstation… À eux les Pac Man, flippers et autres jeux de combat.

Il y avait beaucoup de monde mais il y a tellement de jeux que cela n’a pas été un souci. En tout cas les Nains et Népoux ont adoré. Moi j’ai juste joué au jeu de palets sur table ou Air hockey avec Petit Nain.

coût : 10 $

 

Croisière Bay Cruise

Il fait beau, les mouettes ont investi Fisherman’s Wharf.

 

Et si nous faisions une croisière pour admirer San Francisco depuis la mer ?

Au programme, les lions de mer,

la baie de San Francisco,

La baie de San Francisco

Alcatraz, de face et de dos,

C’est chouette, il fait beau.

Et nous nous dirigeâmes vers le Golden Gate Bridge… et donc le temps se gâta (re-poisse de poisse).

Grrrrrr.

Le Golden Gate Bridge sous les nuages, encore, à San Francisco

Le Golden Gate Bridge sous les nuages, encore, à San Francisco

Et le vent s’est levé. Aussi. Alors des barjos font du kite.

Le Golden Gate Bridge sous les nuages, encore, à San Francisco

Le beau temps était resté dans la baie, on l’a retrouvé juste après le pont.

coût : 70 $ pour nous 4, billets achetés devant le bateau.

 

Match de base-ball

S’il y a bien un truc à faire quand on veut vivre à l’américaine, c’est assister à un match de base-ball. Pas besoin de comprendre les règles, c’est l’ambiance qui est fun.

J’ai pris des places à 5 dollars sur internet le jour d’avant (ça va de 4 à plusieurs centaines de dollars) pour un match des Giants, l’équipe de San Francisco, contre les Pirates de Pittsburgh au AT&T Park.

Comme nous n’avions pas assez marché aujourd’hui (HA HA HA), et que le tram n’arrivait pas, nous sommes allés de Pier 39 au stade à pied. Il nous a bien fallu 20 minutes (encore). Mais nous avions une très belle vue sur le Bay Bridge, « l’autre pont » qui relie San Francisco et Oakland.

Bon il n’est pas rouge orangé, mais il n’est pas dans le brouillard lui.

Le Bay Bridge de San Francisco

Le match avait déjà commencé mais comme chaque match dure 3 heures et se joue sur plusieurs jours (et qu’on n’y comprend rien), nous n’étions pas stressés à l’idée de louper le début. D’ailleurs beaucoup de gens sont arrivés après nous.

Le stade est immense, nous étions plutôt bien placés car on voyait tout le jeu de notre place (mais pas les joueurs, pour ça il y avait le grand écran). La vue sur la mer était superbe.

Grand Nain était à fond, Petit Nain s’est endormi (il était 20h), Népoux et moi profitions du WiFi du stade (ça change du Starbucks). Nous sommes restés une heure, juste le temps de regarder les Américains entrer et sortir pour aller chercher à manger, les Giants se faire battre – on n’a toujours pas compris la moindre règle – et d’être frigorifiés.

coût : 20 dollars + une balle de base ball des Giants en souvenir : 13 $

 

Nous sommes rentrés en Uber. Les Nains étaient tellement fatigués qu’ils ont refusé de manger pour aller au lit plus vite !

 

 

Jour 3 : Quartier chinois, Lombard Street, re-Golden Gate Bridge, Painted Ladies

 

Ce matin, c’est l’aventure. Nous partons en bus pour le quartier chinois. Il faut en prendre 2.

Le souci avec les transports à SF, c’est que personne n’annonce la station d’après. Tu ne sais donc jamais où tu es, ni quand tu dois descendre. Nous avons donc raté notre station dans le premier bus. Rien de grave me direz-vous…

Jusqu’à ce qu’un pompier nous dise que ce n’était pas prudent de rester par ici avec des enfants.

Et que ce serait mieux de ranger votre appareil photo.

Et de prendre un Uber.

🙂

En fait nous avons attendu avec un employé des transports en commun et tout s’est bien passé mais nous n’étions pas super fiers.

 

Le quartier chinois

Rien de particulier à signaler, c’est un quartier chinois comme on peut en voir d’autres. Les Nains n’en avaient jamais vu. Avec le recul ce n’était pas indispensable.

Chinatown à San Francisco

Petite visite de l’attraction locale, le Golden Gate Fortune Cookie Factory.

Le Golden Gate Fortune Cookie à San Francisco

Ce tout petit magasin fabrique des fortune cookies, ces petits gâteaux secs avec des messages à l’intérieur. Le patron distribue les chûtes aux personnes qui attendent à l’extérieur.

 

Pour le déjeuner, pas de folie, ce sera pique-nique salade de riz à Yerba Buena Garden.

 

Lombard Street

C’est la partie entre Hyde Street et Leavenworth Street qui est connue et mitraillée par les touristes car c’est la route la plus sinueuse des États-Unis ! Les 8 virages très serrés qui la constituent ont été tracés pour réduire la pente de 27% à 16%. Les voitures ne pouvaient pas la remonter !

Photos du haut et du bas  🙂

Dans l’autre sens !

Les maisons autour de cette rue sont bien jolies !

Lombard Street à San Francisco

Pour aller voire cette portion de route, le plus sympa est de prendre un cable car, une autre attraction locale. La station Powell-Hyde s’arrête juste en haut de cette partie de la rue.

 

Kesako le cable car ?

À l’origine, ces tramways ont été créés en 1870 pour soulager les chevaux. Aujourd’hui les touristes sont bien contents de les emprunter pour ne pas monter et descendre sans cesse les rues de San Francisco. Et de regarder le chauffeur manoeuvrer à la main : freiner, relancer, il doit adapter la vitesse en permanence. C’est que ça prend de la vitesse dans les pentes ces engins.

Balade en cable car à San Francisco

Astuce

Il y a toujours beaucoup de monde qui attend pour prendre le cable car à Powell Market, la station de départ. Pour éviter une queue de 2 heures, il vaut mieux le prendre 1 ou 2 stations plus loin. Il y a beaucoup moins de monde et le chauffeur prend quelques personnes à chaque fois. Nous avons attendu à peine 15 minutes avant de monter.

Mais vous n’aurez pas les meilleures places, sur les côtés. On ne peut pas tout avoir.

 

Golden Gate Bridge – re –

Nous avons repris la ligne Powell-Hyde jusqu’au terminus (2 stations). En arrivant on aperçoit le pont sans nuage… Pas question d’aller chercher un point de vue super loin mais il semblerait qu’il y ait un quai qui nous donne une vue pas trop mal sur sa majesté.

Le résultat n’est pas si mal.

Le Golden Gate Bridge sans brouillard

Oui je suis têtue.

Et j’ai eu ma photo même si c’est plus loin.

Pause devant le Golden Gate Bridge à San Francisco

Et toc.

 

Alamo Square et les Painted Ladies

Dernière étape de notre découverte de San Francisco, les Painted Ladies. Je les avais déjà vues mais pas photographiées. Il fallait donc y retourner.

Contrairement à ce que je pensais, le terme « Painted Ladies » ne désigne pas uniquement celles d’Alamo Square. Il a été créé à San Francisco par les écrivains Elizabeth Pomada et Michael Larsen en 1978 pour désigner les maisons américaines de style victorien et édouardien peintes en trois couleurs au minimum (il semblerait que cela sublime leurs détails architecturaux). Il y en a encore environ 30 000 à San Francisco.

Revenons à Alamo Square.

Comme c’est en pente – étonnant ! – on peut avoir différents points de vue sur les belles.

Les Painted Ladies de San Francisco

 

Avec la skyline derrière.

Les Painted Ladies de San Francisco

 

Juste à côté, une aire de jeux, pas en pente. Les Nains ont refait Ninja Warriors.

 

Retour à la maison pour refaire les valises, ranger et préparer la prochaine étape : Santa Cruz via Cupertino pour faire plaisir à Népoux.

 

Alors 3 jours à San Francisco, c’était bien ?

J’ai essayé de faire court – ok c’est raté – mais nous avions envie de découvrir le plus possible cette ville. Je pourrais aussi vous parler du musée de Snoopy, celui de l’informatique, de la propriété de Francis Ford Coppola (et de tout ce que j’ai pu visiter il y a 4 ans), mais je ne vais vous perdre et tout n’est pas adapté aux enfants.

Les Nains auraient sans doute préféré plus de parcs et de matchs de foot mais les voyages sont faits pour découvrir ce qu’on ne connait pas et globalement ils ont tout aimé (même si c’était après coup).

Nous avons aimé cette ville, vraiment, sauf pour 3 points

  • le climat : il fait froid, non mais vraiment, dès que le soleil n’est pas/plus visible. J’aurais pu supporter une doudoune de plus (ok je suis frileuse mais les Nains étaient bien contents que j’ai pris leurs joggings au match de base-ball).
  • les transports en commun : on a perdu un temps fou parce qu’on n’avait pas le plan des bus qui ont le maillage le plus dense. Et il faudrait que les stations soient annoncées.
  • les parkings : c’est hors de prix de se garer dans cette ville, ou interdit : il faut bien lire les panneaux (mais parfois c’est incompréhensible), mettre les roues d’une certaine façon dans les pentes…

Rien d’insurmontable et quand on le sait, on s’adapte.

 

Le road trip commence vraiment après San Francisco, alors les Nains sont impatients de prendre la route. Vous pouvez retrouver mes conseils pour bien préparer un road trip ici.

 

Et vous, vous connaissez San Francisco ? Vous aimez ?

Quel programme pour 3 jours en famille à San Francisco ?
Notez cet article

Vous aimerez peut-être

Aucun commentaire

Laisser un commentaire