France

5 activités à faire en famille à Serre-Chevalier

20 février 2020
Ascension du col d'Izoard en raquettes

Vous pensez que le ski est la seule activité à faire à Serre-Chevalier ? Pas du tout mes bonnes dames (ou messieurs) 🙂 . La station proposent une ribambelle de choses à faire aux non-skieurs ou à ceux qui ont envie de découvrir la montagne sous toutes ses coutures.

Je suis allée à Serre-Chevalier pour la première fois il y a bien 15 ans, quand le Club Med a installé un Village. Je me souviens qu’il me faisait penser à un hôtel Disney avec son immense salon baigné de lumière, ses nombreux canapés confortables, sa déco montagnarde… L’hiver je skiais et l’été j’ai découvert l’escalade et la randonnée. Bon avec mon sens de l’orientation légendaire j’ai surtout compris qu’une balade de 1h30 pouvait durer 3h quand tu ne prends pas le bon chemin. Alors qu’on m’avait dit la fameuse phrase :

“Au croisement vous prendrez à gauche, c’est très simple, vous ne pouvez pas vous tromper !”

HA HA HA.

J’ai encore le souvenir d’avoir eu très mal aux jambes pendant quelques jours 😡

J’ai bien aimé ce Village donc j’y suis retournée avec plaisir pour nos vacances de ski en famille il y a 3 ans. Bon, on ne va pas se mentir, je l’ai surtout choisi parce qu’il faisait partie des moins chers pendant les vacances scolaires.

Donc nous avons passé notre première semaine de ski en famille à Serre-Chevalier en 2018. Pour notre 3e année consécutive, j’avais envie de trouver de nouvelles activités à explorer avec enfant et ado au Club mais aussi en dehors.

Le Village Club Med Serre Chevalier

 

1- Les cours de ski et de snow au Club Med

Pourquoi le Club Med ?

Je suis fidèle au Club Med pour mes vacances au ski depuis plus fort, fort longtemps. C’est la formule la plus adaptée avec des enfants quand on veut profiter de tout s’en s’occuper de la logistique !  Si vous ne connaissez pas le Club, je vous propose de lire mes 10 bonnes raisons de vous laisser tenter ici.

C’est particulièrement vrai par rapport aux cours de ski. Le Club est le seul à proposer des cours collectifs avec l’ESF à la journée, ce qui est top pour que les Nains progressent en toute sécurité. Et ce sont les GO qui gèrent leur préparation et leur retour, ce qui est un gain de temps de d’énergie considérable. Ça l’est aussi pour nous car Népoux fait du snow et moi du ski. Nous nous amusons beaucoup plus dans des cours adaptés à nos pratiques et avec un moniteur qui sait où sont les bonnes pistes en fonction du temps.

Cette année, j’ai inscrit toute la famille aux différents cours avant même d’arriver grâce à Easy Arrival, un nouveau service – gratuit –  qui permet d’anticiper plusieurs formalités (check-in et check-out, inscriptions au Mini Club et aux cours de ski…). Cela nous a fait gagner beaucoup de temps le jour de notre arrivée, très appréciable quand tu t’es levée à 5h du matin !

 

Les cours collectifs de ski

Depuis l’année dernière, les cours de ski et de snow sont en journée complète. Cela signifie que tu pars de 9h à 14h sans revenir au Village (à la différence de tous les autres Villages où tu skies le matin, tu déjeunes au Village et tu repars l’après-midi). Nous déjeunions donc à 14h. Je ne suis pas super fan mais quand il fait beau ça ne passe finalement pas si mal.

Les moniteurs des enfants organisaient une pause d’environ 30 minutes avec eau et gâteaux en haut des pistes. Pareil pour les cours adultes mais dans un bar/restaurant en altitude. Enfin en théorie…

Nous avions le seul moniteur qui ne voit pas l’intérêt de s’arrêter pour prendre une bière 😆

Du côté des snowboarders de la famille, tout s’est bien passé. Népoux et Le Grand ont commencé dans le même groupe mais il a vite été scindé en 2 car les niveaux n’étaient pas les mêmes. En même temps Le Grand a commencé l’année dernière. Même s’il s’en sort plutôt bien, il n’a pas la rapidité de son vieux père de Népoux qui en fait depuis 15 ans. Ils ont ainsi surfé chacun de leur côté chaque jour pendant 5 heures sans souci.

 

Les cours particuliers du Petit

Le premier

En plus des cours collectifs, compris dans le forfait, on peut réserver des cours particuliers auprès du bureau des moniteurs ESF dans le Club Med. Chaque année, je prends 1 ou 2 cours pour que les Nains puissent “approfondir” leur pratique. Le Grand n’en a pas réclamé cette année pour le snow, Le Petit si.

Il est donc parti en cours dès le premier jour – oui après ses 5 heures de cours collectifs – !

 

Le second

Pour le 2e cours particulier, je suis allée le chercher sur les pistes à 12h pour qu’il ait le temps de manger avant de repartir pour sa leçon. Ainsi il a fait le même temps de ski mais en 2 fois. Pour moi c’était un petit challenge d’orientation. Car même si mon moniteur m’a indiqué le chemin, j’avais plus de chance de me perdre que d’arriver sur la bonne piste (on se rappelle la rando ci-dessus !).  Mais cette fois, aucun problème, je suis arrivée à l’heure au RDV. Nous sommes redescendus tranquillement tous les 2, puis avons pris notre déjeuner sur la terrasse au soleil. Le top.

 

Comme j’avais lâché mon groupe, j’ai décidé d’accompagner le Petit et son moniteur. Pour prendre des photos. Nous voilà donc sur les pistes à travailler la verticalité et le freinage d’urgence (sur les conseils de sa monitrice pour le test de la 3e étoile). Il faisait beau, c’était bien.

 

À la fin, nous avons pris la piste verte “Route de Fréjus” qui mène au Village. Comme nous l’avions fait le matin et comme Petit Nain le fait depuis 3 ans. Sur l’avant-dernier tronçon, un snowboarder est au milieu du chemin, il avance tout doucement, vraisemblablement pas très sûr de lui. Le moniteur, Le Petit et moi le dépassons sans souci.

Mais au virage suivant, Le Petit ne tourne pas et fonce tout droit côté pente.
Il crie et disparait de ma vue.
Je crie, déchausse aussi vite que possible et saute dans la même direction.
Je ne sais pas s’il est beaucoup plus bas ou non, s’il s’est arrêté, s’il va bien.

Un arbre a stoppé sa chute environ 2 mètres plus bas. Son visage est bien égratigné, il a un gros hématome à la lèvre supérieure mais apparemment rien de plus. Il ne se plaint pas d’avoir mal quelque part. Je sais qu’on ne le sent pas forcément tout de suite puisque je me suis cassée le fémur droit au ski à 17 ans… Non ceci n’explique pas cela 😯

Je l’aide à remonter pendant que le moniteur se charge des skis qui sont un peu plus haut avec les bâtons. Une fois en sécurité sur la piste, il pleure et me dit qu’il a eu très peur de mourir. Il est choqué et c’est bien normal. Je le réconforte en mettant de côté que j’ai eu moi aussi la peur de ma vie. Depuis je revois régulièrement cette image du moment où il disparait dans la pente.

Nous sommes rentrés à ski puis direction le médecin du village. Il confirme que tout va bien. On va juste soigner les égratignures, hématomes et la grosse brulure à la jambe droite qu’on a découvert à ce moment-là.

#PlusDePeurQueDeMal

 

Le jour d’après

Je voulais vraiment qu’il aille skier le lendemain pour ne pas rester sur cette chute. Il n’était pas enchanté mais nous avons vu sa monitrice qui a eu le même discours. Résultat il y est retourné le lendemain – je n’aurais pas insisté s’il n’avait pas voulu – non sans me faire promettre que je viendrais le chercher à midi comme le jour précédent. Ce que j’ai évidemment fait après une nouvelle traversée de la station – pas la même hein, je suis doublement fière de mon orientation -.

 

Il n’a pas eu sa 3e étoile, non pas à cause de son accident, mais parce qu’il ne maitrise pas encore les différents points techniques de ce niveau. Je l’avais préparé, il l’a bien pris. Et nous retournerons skier tous ensemble l’année prochaine 🙂

Mais s’il peut éviter de le refaire une 3e fois (oui parce qu’en fait il m’a déjà fait un truc similaire il y a 4 ans 🙄 ), j’aime autant.

 

2- Les autres activités proposées par le Club Med

Le Club Med propose depuis longtemps des activités après le ski et pour les non-skieurs.

À Serre-Chevalier, il y a :

  • la piscine que les Nains apprécient particulièrement (pas moi, elle est trop froide),
  • le billard où les enfants passent beaucoup plus de temps que les adultes (et les miens adorent),
  • les balades en raquettes que je voulais tester mais je n’ai pas pu faute d’autres personnes pour faire un groupe (d’autres choisissent d’en faire tous les jours à la place du ski mais on ne peut pas mixer ski et raquettes dans le forfait),
  • le Spa où Népoux et moi aimons aller en milieu de semaine pour un massage revigorant. Nous l’avions prévu le jour de la chute du Petit et donc annulé. C’est ce qu’on appelle la double peine :-P,
  • les cours de fitness : l’année dernière je faisais le pilâtes tous les jours. Cette année des cours de yoga étaient proposés un jour sur deux mais j’ai préféré pratiquer seule en salle de musculation ou dehors,
  • les salles de cardio et musculation : elles sont souvent vides et pourtant ça fait vraiment du bien de s’y délier les jambes,
  • des transats pour la sieste au soleil !

 

Mon activité préférée ? Le goûter avec les crêpes et un thé du hammam du Palais des Thés.

Oui c’est une activité 😛

 

3- Les Grands Bains du Monêtier

L’histoire des Bains ne datent pas d’hier puisque c’est à l’époque des empereurs Valens, Gratien et Valentien qu’ils furent construits (dans les années 300). Abandonnés, agrandis, rasés puis reconstruits et à nouveau agrandis, c’est en 1999 que les Grands Bains du Monêtier ouvrent. Ce centre thermo ludique de 4 500 m2 proposent différents bassins d’eau chaude naturelle ainsi qu’un Spa.

 

D’où viennent ces eaux ?

Pour faire simple, la pluie et la neige s’infiltrent dans le sol et ressortent à 44°C chargées en minéraux. Elles sont calciques, sulfatées, un peu iodées, minéralisées et très ferrugineuses. Donc c’est bien.

Nous y sommes allés l’année dernière pour la première fois, sur les conseils d’une personne de mon groupe de ski. C’était tellement bien qu’on a décidé d’y retourner le jour où il ne faisait pas super beau. Pour s’y rendre il faut prendre un bus local (environ 10 minutes de marche mais c’est tout droit et il faut traverser la toute pour prendre le bus qui va vers la gauche) qui nous dépose juste devant l’entrée (comptez 10-15 minutes).

 

Comment ça marche ?

Il y a plusieurs forfaits mais 2 heures (douche de sortie et rhabillage compris) sont nettement suffisantes pour profiter pleinement. Les Nains étant en terrain conquis, ils sont partis dans le premier bassin puis ont fait leur vie. Leur grand jeu est d’alterner les 3 petits bassins Frigidarium, très froid, Tépidarium, un peu moins froid mais toujours trop pour moi, puis Caldarium, qui est chaud. On se croirait dans un album d’Astérix 😀

Avec Népoux nous avons fait un tour au hammam puis avons profité des différents bassins intérieurs – celui qui propose d’écouter de la musique sous l’eau, les plus ou moins chauds – et extérieurs avec les jets et surtout la vue.

Pour le retour, le bus se prend au même endroit qu’à l’arrivée.

 

À ne pas oublier

  • les maillots de piscine (oui les moches, les shorts ne sont pas acceptés),
  • les serviettes de bain (ils en louent si jamais vous oubliez quand même),
  • 2 x 1€ pour les casiers (avec les sacs impossible de tout rentrer dans 1 seul) – ils peuvent vous faire de la monnaie à l’entrée,
  • j’avais pris des tongs mais elles ne servent à rien car on doit les déposer avant le pédiluve,
  • les bonnets pour les cheveux mouillés au retour.

 

Combien ça coûte ?

Bus : 10 euros pour l’aller/retour pour 2 adultes et 2 enfants.
Forfait 2h : 57 euros pour 2 adultes et 2 enfants (moins de 13 ans).
Plus d’infos sur le site des Grands Bains.

 

4- La cani-rando

Nous l’avons faite il y a 2 ans et c’était très chouette. Les Nains auraient aimé la refaire mais j’avais prévu d’autres activités.

Le départ de la rando se trouve à 10 minutes à pied du Club Med (pas de bus à aller chercher). Il faut descendre sur le front de neige devant le Village puis suivre le chemin sur la gauche. L’initiation comprend 30 minutes de balade contemplative et 15 minutes de connaissance du chien d’attelage.

Je ne suis pas pour l’exploitation des animaux mais on peut voir que le musher s’en occupe bien, qu’ils sont en pleine forme et qu’ils aiment courir. Si cela vous tente, retrouvez notre balade ici.  Népoux et moi sommes allés voir les chiens en fin de semaine et apparemment ils vont toujours aussi bien.

 

Combien ça coûte ?

60 euros par adulte, 40 euros par enfant (4 à 12 ans) – 1 adulte min obligatoire
Plus d’infos sur le site.

 

5- La rando raquettes / luge

Avant de partir j’avais envie de faire une balade en raquettes. Je n’étais pas sûre de pouvoir le faire avec le Club donc en passant devant l’office de tourisme, j’ai pris le guide rassemblant toutes les activités de la station. Dedans on trouve du ski, des Spa, du  yoga (que je n’ai pas fait) et aussi des balades/randonnées en raquettes.

La formule raquettes et luge m’a particulièrement intéressée. Au programme : 2h à 2h30 de montée en raquettes (8 km, 500m de dénivelé – bizarrement ça ne m’a pas effrayée), goûter dans un refuge et descente en luge pendant 1h. La personne du bureau des guides m’a demandé si les Nains avaient l’habitude de faire des randonnées (les enfants sont acceptés à partir de 10 ans) : non mais découvrir New York ou Barcelone à pied c’est presque pareil non ?

Elle n’était pas entièrement convaincue mais j’ai réservé quand même après leur avoir demandé s’ils étaient partants. Ils ont dit oui mais comme ils jouaient aux jeux vidéo, je ne suis pas sûre qu’ils aient bien compris l’enjeu 🙂 . Le jour d’avant, je me suis quand même demandée si je n’étais pas un peu trop ambitieuse. Mais nous y sommes allés.

 

Allez on monte

La randonnée débute à 30 minutes de voiture du bureau des guides, dans le petit village de Laus. Nous chaussons nos raquettes et commençons notre ascension du col d’Izoard. Au bout du premier chemin, une des 2 personnes qui faisaient également la randonnée pense abandonner car elle a mal aux genoux. La guide propose alors qu’on prenne la piste balisée (celle qui nous servira pour descendre), plus facile car on ne s’enfonce pas.

Ça nous va très bien donc on continue tous ensemble.

 

Le Petit a commencé à râler assez vite, normal, mais je dois dire que ce n’était pas facile. Mine de rien 8 km c’est long. Et plus on monte, plus c’est difficile. Pour le motiver, je lui ai beaucoup parlé, nous avons réfléchi à son prochain exposé sur la Polynésie, on a chanté (pas longtemps)…

Les dernières 30 minutes ont été les plus dures car on n’en voyait pas le bout. J’étais devant avec Le Grand (qui commençait à en avoir marre aussi) et Népoux avait pris le relais avec Le Petit.

 

Finalement nous avons vu le panneau indiquant le refuge à 9 minutes (quoi ? encore 9 minutes…grrrrr). Il nous aura fallu plus de 3h pour monter. Est-ce qu’on aurait été plus vite avec le chemin entre les pins, aucune idée. Népoux et moi sommes aussi rincés que les Nains et très fiers de leur ascension.

 

La pause goûter bien méritée

Situé sur la route des Grandes Alpes entre le Briançonnais et le Queyras, le refuge Napoléon se trouve à 2 290 m d’altitude (oui, oui). Il parait que le Tour de France passe devant sa terrasse ! Pour la petite histoire, il a été construit en 1858 sous le règne de Napoléon III. À l’époque les gardiens devaient porter assistance aux personnes en difficulté, proposer le gite et le couvert à ceux qui en avaient besoin et sonner la cloche tous les quarts d’heure par mauvais temps ! Un sacerdoce.

En entrant, tout le monde enlève ses chaussures et choisit sa paire de crocs (mais que fait la fashion police ?). Toutes les couleurs sont disponibles. Puis nous nous installons et choisissons nos tartes : framboises pour Le Petit (très bonne vue la vitesse à laquelle il l’a engloutie), myrtilles pour moi (la base), poire-amande nappage chocolat pour Népoux (une tuerie) et moelleux au chocolat, crème anglaise pour le Grand (il l’a finie avant qu’on puisse goûter et pourtant les parts étaient généreuses). J’ai accompagnée la mienne d’un thé à la myrtille pour faire dans le total look.

 

Et on re-descend

La descente juste devant le refuge étant assez raide, et voyant que les adultes se sont retournés en voulant freiner, Le Petit et moi commençons notre descente en luge…à pied.

Je réalise à ce moment-là que nous allons être très souvent à côté des pentes et avec l’accident du Petit 3 jours avant, je me suis demandée si je n’étais pas complètement maso.

Comme je n’ai plus vraiment le choix, nous avançons doucement et prenons rapidement les lampes frontales car la nuit nous rattrape.

 

En fait nous avons passé beaucoup de temps à pousser avec les bras pour avancer donc en terme de vitesse on était assez loin du danger. De plus il y avait 2 côtés sur le chemin, un pour les skieurs de randonnée et l’autre pour les luges, nous alternions pour être toujours du côté montagne. J’ai quand même passé toute mon temps à côté de lui pour anticiper une potentielle trop grande prise de vitesse quand ça descendait mieux. Ce qui n’est pas arrivé car il a fait très attention aussi.

Népoux essayait de rester à proximité mais étant plus lourd que nous, il avait du mal. Quant au Grand, il a tracé avec la guide sans se soucier de nous 🙂 mais comme je sais qu’il maitrise, je n’étais pas inquiète.

Nous avons mis plus d’1h à rentrer mais c’était fun.

 

Alors testé & approuvés par les Nains ?

Honnêtement c’était vraiment difficile pour une première expérience donc je ne vous la conseille pas si les enfants ne font pas de sport ou n’ont pas l’habitude de marcher. Mais vous pouvez commencer par une balade plus courte. Nous en referons sûrement l’année prochaine car j’ai vraiment aimé marcher dans un environnement préservé, le silence de la montagne (quand Le Petit ne râlait pas) et les paysages somptueux.

Le mot de la fin du Petit à un copain :

Si ta mère te propose d’aller faire des raquettes, dis NON 😆

 

À ne pas oublier

  • les chaussures à tige haute (nos après-ski Décathlon ont très bien fait l’affaire),
  • des barres chocolat, bonbons, trucs qui motivent et de l’eau pour monter,
  • un vêtement technique de rechange si vous transpirez pour ne pas avoir froid lors de la descente,
  • pantalons et vestes de ski, gants (très important pour la luge), lunettes et crème solaire.

 

Combien ça coûte

50 € par personne, raquettes, bâtons, lampes frontales et luges comprises.
35 € la pause goûter pour 4 tartes et 4 boissons.
Plus d’infos sur le site des guides

 

En bref,

Faire des journées continues de ski aura eu l’avantage d’avoir du temps pour découvrir d’autres activités au Club et en dehors. Notre séjour a été bien rempli et en partant la première semaine des vacances scolaires, les Nains ont encore une semaine pour se reposer. Je pense que nous irons dans une autre station l’année prochaine, peut-être avec une autre formule. Une chose est sûre, nous continuerons à vivre la montagne pleinement, à ski, en snow, en raquettes (va falloir que je sois hyper convaincante), en luge et sans doute plein d’autres choses.

Si vous avez des conseils, n’hésitez pas à m’en donner en commentaires.

 

Cet article vous inspire pour vos prochaines vacances de ski en famille ?
N’hésitez pas à l’épingler sur Pinterest.

 

div style=”display: none;”>

 

Passez de belles vacances en famille à la montagne.

 

Stéphanie

Vous aimerez peut-être

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.