France

Le Bassin d’Arcachon en mode micro-aventure en famille

30 août 2020

Hello, Hello,

Maintenant que tout est prêt pour la rentrée, enfin presque, je peux vous parler de notre weekend absolument parfait dans le Bassin d’Arcachon en juillet !

Cet endroit est tout simplement magique !

Je me demande bien pourquoi je n’y suis pas allée plus tôt. Et maintenant que j’y ai goûté, je peux vous dire qu’il va revenir souvent dans ma liste des endroits à approfondir.

Pour que vous puissiez situer, le Bassin d’Arcachon est une “petite” mer intérieure de 155 km2 à marée haute et 40 km2 à marée basse, située dans les Landes de Gascogne entre la Teste-de-Buch au sud, le Cap Ferret à l’ouest et le delta de la Leyre à l’est.

La carte pour vous repérer

 

Au programme de notre weekend

Première étape : Andernos-les Bains
Pourquoi découvrir le Bassin d’Arcachon avec Ataho ?
Jour 1 dans le Bassin d’Arcachon : voile et bivouac
Jour 2 dans le Bassin d’Arcachon : permaculture et cabane ostréicole

C’est parti !

 

Première étape : Andernos-les-Bains

Notre weekend démarrant le samedi matin à 10h, il fallait que je trouve un logement pour la nuit du vendredi mais aussi celle du dimanche. Tout était complet à La Teste et alentours. J’ai fini par trouver un studio dans une résidence à Andernos-les-Bains.  C’est à 1h de la Teste, mais bon, je n’avais pas vraiment eu le choix.

Nous sommes donc partis à 7h le vendredi matin. C’est tôt mais c’était vraiment LA bonne idée car nous n’avons croisé aucun embouteillage.

Comme prévu notre logement est petit, mais vraiment petit, et pas de première fraicheur. Les lits des enfants sont dans l’entrée, il faut tout pousser pour ouvrir notre canapé-lit…. Et nous n’avons jamais eu d’eau chaude pour les douches (du coup on allait dans une chambre de la partie hôtel).

Mais c’était le moins cher du coin et il y avait une piscine. On ne peut vraisemblablement pas tout avoir quand on réserve aussi tard !

Après une petite promenade sur la plage – la mer est basse donc très très loin -, un premier plouf dans la piscine.

Andernos les Bains

 

Puis nous partons au centre-ville pour visiter et dîner, le temps que la mer monte !

 

Pourquoi découvrir le Bassin d’Arcachon avec Ataho ?

Pour découvrir le Bassin, nous aurions faire comme d’habitude, à savoir je fais tout le boulot de recherche et les garçons suivent…

Ben non, là j’avais pas envie.

Et je suis tombée sur les micro-aventures d’Ataho, qui préconise un tourisme lent, en mode contemplatif. 

Les activités proposées sont adaptées à toute la famille, vélo, voile, permaculture, un bivouac en hamac au coeur d’un jardin bio… Ok le hamac n’est pas ce qui m’inspirait le plus, dormir dehors, toilettes sèches tout ça… et pourtant cela m’a paru complètement adapté et je m’y voyais déjà.

La promesse d’une déconnexion totale respectueuse de l’environnement !

 

Jour 1 dans le Bassin d’Arcachon : voile et bivouac

Pour notre micro-aventure, nous n’avons pas besoin de grand chose : un sac de couchage, un maillot de bain, le nécessaire de toilette. Plus nos gourdes, chapeaux et crème solaire évidemment.

Avant de rejoindre le point de RDV à la gare de la Teste-de-Buch, nous allons chercher 4 vélos chez Arcabike, juste à côté. Des VTT pour les enfants et des VTC pour nous.

 

Puis nous rejoignons notre groupe constitué de Xavier, notre guide, Lucille en stage, 2 couples de la région et nous 4. Nous partons donc à 10 vélos et 2 carrioles, qui transportent entre autres nos sacs à dos et notre déjeuner. On va commencer par prendre des forces, pas très loin des cabanes ostréicoles.

Notre spot de pique-nique est invisible pour celui qui ne connait pas son existence. En passant derrière la végétation, nous découvrons une grande table et ses rondins de bois. Xavier sort notre repas local, bio et majoritairement végétarien ! Trop cool !

 

Notre ventre bien rempli, aucun reste n’est accepté #leavenotrace, nous repartons sans laisser de trace en direction du Port d’Arcachon.

initiation voile dans le bassin d'Arcachon

 

Initiation à la voile dans le Bassin d’Arcachon

Impossible de monter à 10 sur un voilier avec les gestes barrières à respecter. Xavier forme donc 2 équipes.

Nous embarquons avec Max, un vieux loup de mer fort sympathique.

Il met tout de suite Xavier et Népoux à l’ouvrage avec les voiles. D’abord timides, les Nains vont vite se prendre au jeu et commencer à barrer et à manier bouts et taquets.

 

Mais à quoi ça sert ce bout ?

 

Et au fait, vous savez pourquoi on ne dit pas corde sur un bateau ?

J’ai trouvé plusieurs explications.

La plus rationnelle est qu’il y en a tellement sur un bateau à voile que ce n’est pas assez précis. On parle donc de bout (prononcez le t), drisse, écoute, amarre…. La seule corde est celle de la cloche. Et là on trouve plusieurs trucs : qu’elle sert à saluer les marins défunts ou qu’elle servait à pendre des mutins… pas très fun, donc mieux vaut éviter.

le nom des cordes

 

De mon côté, j’observe, je prends des photos…

C’est qu’on aperçoit déjà la magnifique dune du Pilat à gauche et le Cap Ferret à droite.

 

Il fait beau et ça c’est plutôt cool.

Reflet sur le Bassin Arcachon

 

Au retour on passe devant les fameuses cabanes tchanquées (cabanes en bois sur pilotis), emblèmes du coin (avec la dune bien sûr).

Ma photo est moche, on était trop loin. Je vous montre plutôt celle du site bassin-arcachon.com !

 

Les manoeuvres s’enchainent dans la bonne humeur. Les Nains laissent un peu Xavier et Népoux barrer mais c’est Le Grand qui nous ramènera au port.

 

Quelle belle après-midi.

 

Depuis toujours je trouve que la terre est encore plus belle depuis la mer, et le Bassin ne fait pas exception à la règle. Il faudra quand même revenir pour approfondir la dune et le Cap !

Allez on rentre et on range.

 

Le bivouac, une micro-aventure dans la micro-aventure !

Après cette belle après-midi en mer, nous pédalons jusqu’à Gujan-Mestras, à environ 30 minutes de là. Nous ne passons pas inaperçus avec notre convoi spécial 10 vélos et 2 carrioles. Le Petit et moi sommes juste derrière Xavier, le Grand et Népoux un peu plus loin.

Notre lieu de bivouac est situé dans le Jardin Gourmand, une pépinière bio en plein milieu de la forêt. Les poules du jardin nous accueillent.

Avant tout chose, il faut installer nos hamacs dans le dortoir constitué d’une dizaine d’arbres. Xavier sort tout le matériel. Chacun prend un hamac, une sangle, une corde et un tapis de sol pour nous isoler du froid.

Les Nains sont les premiers à tester leur lit d’une nuit. C’est bon ça tient.

 

C’est l’heure de la douche solaire !

Xavier installe la poche d’eau, qui a chauffé toute la journée, sur les branches d’un arbre au pied duquel il a placé un caillebotis de bois. Une bâche noire préserve notre pudeur de potentiels passants mais pas des poules qui assistent au spectacle ! Bon on ne peut pas dire que ça les intéresse beaucoup 😀

 

Une nuit en hamac à la belle étoile

Au menu ce soir, une piperade !

Il faut donc couper les tomates, les poivrons et les oignons, tous bio, pour qu’elle puisse cuire pendant l’apéro. Tout s’enchaîne sans fausse note.

Je n’ai aucune idée de l’heure qu’il est quand nous nous mettons finalement tous à table. On discute, on rigole et on se régale.

 

Il fait nuit noire depuis un moment quand les Nains vont se coucher. Je les suis peu de temps après non sans m’être lavé les dents. Pour cela, il faut sortir de la pépinière car le fluor du dentifrice pourrait abîmer les plantes. Me voilà donc accroupie au milieu de nulle part. Le tout à la lumière de mon téléphone. Épique.

Ça glousse encore un peu dans les hamacs des Nains.

La nuit est douce mais en grande frileuse que je suis, je préfère enfiler un 2e pull avant de me glisser dans mon sac de couchage qui m’attend dans mon hamac. L’affaire semble périlleuse mais finalement je ne m’en sors pas trop mal. Le tout étant de viser à peu près au milieu.

Je me suis endormie sur le dos, pas forcément la meilleure idée car le réveil a été un peu douloureux. Mais en position foetale, c’était plutôt bien.

 

Jour 2 dans le Bassin d’Arcachon : permaculture et cabane ostréicole

Réveil en fanfare

7h
Le Petit : “Maman j’ai mal à la gorge”
Moi dans ma tête :
“Est-ce que je fais semblant de dormir ?
Non, il va réveiller tout le monde.
Bon je lui donne un Doliprane et on se rendort ?
Ah ben non, la trousse à pharmacie est à Andernos…”

Bon ben je vais me lever alors.

En attendant que la joyeuse équipe se réveille, nous allons libérer les poules. Pas tous seuls hein, avec le bénévole qui vient tous les jours filer un coup de main. Il était temps car elles en font du bruit les poulettes !

Xavier arrive et prépare le petit déjeuner. Du pain, des gâteaux et des Pastis landais.

Non ce n’est pas une version landaise du Pastis à boire.

Ce sont des grosses brioches, à la fois compacte et fondante, parfumées à la fleur d’oranger. La dévoreuse de brioche que je suis est tombée instantanément en amour de cette merveille. J’en aurais bien mangé une à moi toute seule d’ailleurs mais je sais me tenir quand même (et j’en ai mangé plus que de raison à Bayonne, j’y ai trouvé une bonne adresse).

 

Tout le monde nous rejoint petit à petit.

Népoux lui est coincé dans son hamac. Les douleurs cervicales qui le malmènent depuis des semaines sont encore plus douloureuses ce matin. Ça lui gâche un peu cette 2e journée.

 

Atelier permaculture dans le Jardin Gourmand d’Aurélie

Le Jardin Gourmand est une pépinière bio qui propose de nombreux plants aromatiques et potagers ainsi que des fruits et légumes issus de ces plants. Aurélie, la propriétaire du Jardin nous fait faire le tour tout en nous expliquant les bienfaits de la permaculture.

 

Le principe est simple et vient tout droit de la nature : créer des écosystèmes en associant des plants qui interagissent entre eux, sans engrais ni pesticides. Animaux, insectes, orientation, tout est pris en compte pour optimiser les parcelles. Et ça marche vachement bien !

Dans les tips de jardinière professionnelle :

  • ne pas enlever les feuilles mortes, c’est bien pour la terre,
  • laisser les insectes faire leur boulot comme manger les pucerons,
  • pour attraper les escargots sans leur courir après, mettre une planche au-dessus de leurs plants préférés. Ils vont se mettre dessous et vous pourrez les déplacer tous en même temps (non pas dans la poubelle !!!).

Après la théorie, la pratique : le jardin d’Aurélie est si grand qu’il y a toujours de nouvelles parcelles à exploiter. Nous allons donc y planter poireaux et fraises en alternance car les propriétés antifongiques du premier ralentissent la flétrissure des secondes ! Malin non ?

 

Après l’atelier, on range tout et on laisse le jardin comme nous l’avions trouvé. Re #leavenotrace !

 

Déjeuner chez Laurinette, la plus jolie des cabanes ostréicoles

Mon petit malade ayant toujours mal à la gorge, je cherche une pharmacie sur le chemin du retour à La Teste-de-Buch. Peine perdue, elles sont toutes fermées le dimanche après-midi. Je pars donc en quête de miel.

Pas si simple non plus !

Je finis par en trouver, accompagnée de Vivi une des femmes du groupe, au bout du marché de La Teste-de-Buch. C’était moins une, le stand était en train de fermer. Ouf.

Nous rejoignons toute la bande chez Laurinette, la cabane ostréicole rose.

Là, 2 options s’offrent à moi : faire une exception à mes convictions végétariennes ou ne pas manger ! Car dans les cabanes, pas de fioriture, c’est huitres, crevettes et bulots… ou rien !

Comme à Tahiti, je choisis de faire honneur aux spécialités du coin et hop une petite sixaine pour moi.

 

Nous arrivons au terme de notre micro-aventure dans le Bassin d’Arcachon. Nous aurions bien continué encore un peu avec tout le groupe. L’ambiance était tellement chouette.

Nous rendons les vélos et reprenons la route pour Andernos (où nous trouverons la pharmacie de garde).

À notre arrivée à la résidence, un petit plouf conclut ce superbe weekend.

 

Alors cette micro-aventure dans le Bassin d’Arcachon, bien ou ?

Top, top, top !!!

La destination, les activités, le bivouac, le groupe, tout a été savamment orchestré par Ataho. Les activités s’enchainent tranquillement, ni trop, ni trop peu !

Je n’ai jamais regardé l’heure, ni même eu envie de le faire. Se laisser guider, c’est bien aussi parfois !

 

Pour écouter notre micro-aventure sur le podcast : Une micro-aventure en famille dans le Bassin d’Arcachon avec Ataho.

 

Et vous, vous avez déjà fait des micro-aventures ? Racontez-nous en commentaire !

 

Faites de belles micro-aventures en famille.

 

Adishatz (comme on dit ici)

Stéphanie

 

Vous aimerez peut-être

2 Commentaires

  • Répondre Ataho 1 septembre 2020 à 21 h 59 min

    Merci Stéphanie pour cet article reportage qui nous replonge au cœur de la saison. Vivement l’été prochain pour de nouvelles aventures. Il commence à faire froid en hamac au mois de septembre 😉 Bonne reprise ! Adishatz !

    • Répondre Stéphanie 4 septembre 2020 à 8 h 23 min

      Avec plaisir 🙂
      J’ai hâte d’être à l’année prochaine pour tester de nouvelles micro-aventures !
      Bonne rentrée
      Adishatz

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.