Polynésie

Bora Bora, l’île paradisiaque en famille

9 avril 2020
Bora Bora en famille

Bora Bora. Rien que le nom fait rêver tous les couples du monde entier. L’île qui concentre le plus grand nombre de pilotis. L’île où tout est encore plus cher qu’ailleurs.

Est-ce vraiment nécessaire dans un séjour en famille ?

Alors oui, oui et oui.

Je ne me suis même pas posé la question en fait. Parce que bon…

Bora Bora vue d'aviona

Elle est belle non ?

Bora Bora est un volcan entouré d’un des plus beaux lagons au monde. Ses motus, petits ilots, s’égrènent à quelques encablures. Plages de sable blanc, palmiers parfaits, eau turquoise… c’est ce qu’on appelle communément une île de rêve.

Soyons clairs, un bungalow famille sur pilotis à Bora Bora ne rentrait pas dans mon budget. C’est pour cela que nous l’avons pris à Huahine, le meilleur rapport qualité-prix du coin.

Alors où allons-nous dormir ? À la belle étoile ? HA HA HA.

Suspens…

D’abord la carte de Bora Bora.

 

Au programme de nos 3 jours

Jour 1 : Arriver à Bora Bora et embarquer sur un catamaran polynésien
Jour 2 : Bora Bora, un super spot de plongée bouteille
Jour 3 : Nager avec une raie manta et dans l’Aquarium de Bora Bora

 

Jour 1 : Arriver à Bora Bora et embarquer sur un catamaran polynésien

L’arrivée

Comme à chaque vol, j’ai demandé à l’hôtesse où nous devions nous assoir pour voir l’arrivée sur Bora Bora.

 

C’est bôoooooooo.

Les peintures dans l’aérogare aussi.

 

Comme l’aéroport est sur une île, nous avons pris un bateau pour rejoindre le port. Il était moins confort que les navettes privées des hôtels de luxe 😯  mais ce n’est pas le même prix de séjour non plus !

On s’en fout, on assiste au même coucher de soleil !

 

Notre catamaran polynésien

Les hébergements se réservent très très tôt à Bora Bora. Rapport aux voyages de noce. Donc quand j’ai voulu réserver, tout était plus que hors de prix. Et même sans pilotis.

Le seul hébergement accessible était un catamaran polynésien sur Airbnb. Il était bien stipulé qu’il n’était pas question de grand luxe mais du bonheur de naviguer dans le lagon. Népoux était à fond, il a fait beaucoup de voile étant jeune, il se voyait déjà aux commandes. Les Nains aussi. De mon côté j’ai travaillé pour un très beau cinq-mâts pendant 5 ans donc j’aime naviguer mais le côté rustique, comment dire, moins…

Comme nous n’avions pas vraiment le choix, nous avons validé le catamaran.

Jean-Marc, le propriétaire et capitaine du bateau, nous attendait au port. Nous avons embarqué, choisi nos cabines – les Nains ont préféré rester ensemble – et sommes allés au large pour passer la nuit.

 

Alors… Le catamaran est certes très joli mais le côté “rustique” signifie en fait pas mal de trucs cassés : pas d’eau dans le lavabo de notre cabine, pas de frigo donc tout le frais doit tenir dans une petite glacière, un des 2 tauds est déchiré… Pour la douche, mais nous le savions, c’était sur le pont avec le jet d’eau. Voilà Voilà.

Franchement, j’ai eu un peu de mal au départ, mais la possibilité de naviguer et de se réveiller dans un nouvel endroit chaque matin a compensé largement ces petits défauts.

Le coût du catamaran : 520 € pour 3 nuits.

 

Jour 2 : Bora Bora, un super spot de plongée bouteille

Faire ses courses à terre

Le matin, la vue est belle.

 

 

Nous étions arrivés trop tard la veille pour faire les courses donc ce fut notre corvée du matin… Les joies de la navigation seront pour plus tard.

Après le petit déjeuner, nous avons quitté notre mouillage. Népoux ne s’est pas fait prier pour se charger des manoeuvres 🙂 .

 

Jean-Marc nous a amenés à terre avec l’annexe. Après 10 bonnes minutes de marche, nous arrivons devant un “Super U”. Pour l’exotisme, on reviendra  😯

 

Bon alors comme tous les supermarchés de Polynésie, il n’y avait pas grand chose. Pas de thon blanc pour le poisson au lait de coco, pas d’aubergine pour la ratatouille… Heureusement j’avais repéré un petit étal sur le chemin avec des légumes dont des aubergines…

Bon ça c’est fait, on retourne sur le bateau.

 

Plonger pour la première fois à Bora Bora

Faire son baptême de plongée dans un des plus beaux lagons du monde. Quelle vie difficile pour les Nains… et pour nous aussi 😀 .

J’ai réservé toutes nos plongées avant de partir. Notamment pour être sûre que les Nains pourraient plonger sans problème à 9 et 13 ans. J’ai choisi le même centre pour Bora Bora et Tahiti (je vous en ai parlé dans mes conseils pratiques pour un voyage en famille en Polynésie).

Le bateau dEleuthera Bora diving center est venu nous chercher sur notre catamaran. Pour leur initiation les Nains ont chacun leur moniteur. C’était très rassurant pour eux comme pour moi !

Après le briefing des petits et des grands, tout le monde s’est “jeté” à l’eau. Népoux et moi sommes restés à proximité des Nains le temps de leur baptême. Ça nous a permis de reprendre nos marques mais surtout de les voir découvrir cette formidable activité.

 

J’avoue, j’ai été très émue de voir mes bébés sous l’eau. Et ils se sont plutôt bien débrouillés.

 

Au bout de 20 minutes, les Nains sont remontés – après que Le Petit ait enlevé masque et détendeur en même temps sous l’eau 🙄 -.

Nous avons récupéré un des 2 moniteurs avec lequel nous avons continué notre exploration. Comme nous n’avions pas plongé depuis de nombreuses années, il a fallu refaire les exercices de base. Dont le vidage de masque. Le truc que je déteste. Mais je n’ai pas eu le choix alors je me suis concentrée et hop c’était fait.

Nous n’avons pas vu les requins tigres qui circulent habituellement par là mais pas grave.

On a plongé avec nos enfants à Bora Bora !!!
Pur kiff.

 

De retour sur le catamaran, c’est l’heure de la douche sur le pont.

 

Puis du coucher de soleil 🙂

 

Pour le dîner, Jean-Marc nous a cuisiné une super ratatouille. Même les Nains ont aimé !!

 

Jour 3 : Nager avec une raie manta et dans l’Aquarium de Bora Bora

Se baigner au-dessus des raies manta

On se lève tôt sur un bateau, pour profiter de la lumière douce, du calme environnant.

Après le petit-déjeuner, Jean-Marc nous a proposé d’aller voir des raies manta car nous sommes prêts d’un spot. Ni une ni deux, nous avons pris masques et palmes et avons nagé quelques mètres.

Et là, le spectacle a commencé.

Une très belle raie manta nage en-dessous de nous.

 

C’était beau, apaisant, magnifique, incroyable… (beaucoup mieux en vrai que sur le film).

Un bateau de touristes est arrivé pendant notre contemplation et a demandé – pas très gentiment – à Jean-Marc de leur laisser la place… No comment.

 

Naviguer vers la Pointe Matira et nager dans l’Aquarium

Nous avons levé l’ancre pour la Pointe Matira, au sud de Bora Bora. La mer est presque d’huile, la navigation est tranquille. Occupation principale : regarder le paysage défiler.

La vie est belle

 

On aperçoit les nombreux – très nombreux – pilotis. On est loin du tourisme de masse mais nous n’en avions jamais vu autant. Le top du top du luxe se trouve à l’Intercontinental. Les bungalows se transforment en immenses Villas sur pilotis avec piscine privative !! C’est trop !

Quand soudain un bateau pirate passe devant nous. Pas super crédible 😯 .

 

Sur le pont, je scrute l’horizon, Népoux et les Nains lisent, nous jouons aux cartes…
On a vraiment pris le temps de profiter du temps.

 

Au bout d’environ trois heures de navigation, la mer change de couleur. On passe d’un bleu dense au turquoise. OK.

La couleur du lagon de Bora bora

 

Un motu en forme de tortue apparait. Je suis tombée direct en amour.

La légende dit qu’il représente non pas une tortue mais un baleineau qui se serait échoué là avec sa mère. Elle-même représentée par le motu d’à côté. Piti Uu Tai et Piti Uta, leurs petits noms, seraient entrés dans le lagon de Bora Bora par la passe Te Avanui et n’auraient pas pu repartir à cause de la faible profondeur du lagon. Les pauvres.

Tortue ou baleineau, on est dans la même mignonnerie non ?

Pointe Matira dans le sud de Bora Bora

 

À gauche, le très joli mont Otemanu.

 

Trêve de contemplation, il est temps de jeter l’ancre sur le site de l’Aquarium, un des spots de poissons les plus chouettes de Bora Bora.

Je n’ai jamais vu autant de poissons, un truc de fou. Des poissons clowns jouant dans les anémones, des poissons papillons, des poissons chirurgiens, des poissons anges et des bénitiers de toute beauté.

 

Nous avons barboté un bon moment, c’était toooooop.

Nous avons ensuite repris notre route en sens inverse. Les fonds n’étant pas profonds, le catamaran ne peut pas passer la Pointe Matira. Ce qui est bien dommage car le restaurant dans lequel je voulais déjeuner était de l’autre côté. Tant pis.

On reprend donc le temps de profiter du temps, Népoux se repose et je fais mon yoga (c’est que j’ai pris l’habitude des spots de rêve pour mes postures moi).

 

Pendant ce temps, les Nains prennent un cours de navigation avec Jean-Marc.

 

Et re-coucher de soleil, on ne s’en lasse pas.

coucher de soleil sur Bora Bora

 

Le lendemain, il pleut des cordes quand nous arrivons au port pour reprendre l’avion. Il était temps de partir !

 

Alors Bora Bora en famille, c’était bien ?

Absolument. Et encore plus quand on peut le faire sur un bateau. Naviguer sur ce lagon est un privilège et nous avons adoré nager au-dessus d’une raie manta, sauter dans l’eau pour un oui ou pour un non, regarder le paysage défiler ou encore lire sur le pont.

C’est également un super spot de plongée, le premier pour les Nains.

Je ne dis pas que je n’aurais pas aimé séjourner dans un bungalow sur pilotis… mais les prix étaient vraiment inaccessibles. Malgré ses petits défauts, le catamaran était le compromis parfait et nous avons adoré notre séjour à Bora Bora.

Cet article vous a inspiré ?
N’hésitez pas à l’épingler sur Pinterest.

 

div style=”display: none;”>

Faites de beaux voyages en Polynésie.

 

Stéphanie

Mes autres articles sur la Polynésie

Vous aimerez peut-être

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.